Appli pour focalisation Deep work

Salut je vous partage une petite appli que j’utilise pour mes séances de deep work. C’est Productivity challenge timer basée sur le principe du Pomodoro.
La version gratuite permet d’avoir 4 types de projets. On règle le timer, ca sonne quand c’est fini, ca nous propose une pause de la durée qu’on veut entre et ca nous siffle quand on reprend pas assez vite.

Ce qui est bien c’est que ca sert aussi de tracker, on sait quand on a bossé sur quel type de projet, on a des statistiques. Et puis il y a des messages de motivation « hard worker » assez marrants, on passe du status de « unrepentant slacker » (branleur non repenti) à « habitual workoholic », avec une petite esthétique bolchévique stakhanoviste, bref ca motive bien à bosser de manière intense.

5 J'aimes

Merci pour la suggestion :slight_smile:

Je teste dès demain, merci pour l’info, bonne semaine & bonnes séances de DW !

Merci pour le tip.
J’utilise « Focus to-do » .
Le seul truc que je trouve manquant c’est que l’application ne te prévient pas en te disant « il reste une minute ». Or quand ça sonne j’aimerais avoir COMPLETEMENT terminé la séance et ne pas avoir à déborder de 1 minute ou plus supplémentaire pour ranger le matos du Deep Work, pouvoir clôturer la session avec une vision d’ensemble.
Y’a bien des applis qui le font mais il leur manque d’autres fonctionnalités à mon sens basiques.
A bientôt.
Ce message à été écrit pendant un pomodoro que j’ai décidé de consacré à la communauté DBL (un par jour dans un premier temps pour voir).
Ouvrons un topic sur le sujet non?
Bien à toi fréro

1 J'aime

Mais est-ce que c’est si grave de déborder un peu ? Moi je fais du dessin par exemple et je sais que le momentum met du temps à démarrer et qu’il faut en profiter. Si je le coupe artificiellement quand je recommencerai je risque de faire de la merde et gacher mon dessin et si je me force à le terminer trop vite pareil…

J’ai super envie de te répondre « oui ». Oui c’est super grave de déborder un peu.
Je développe ici pourquoi en 1 et en 2 je te fais une réponse plus adaptée.

  1. c’est super important de tenir dans un cadre (que tu t’es fixé)
    Je ne sais pas si tu es familier avec les types psychologiques mais le mien c’est créatif-idéaliste. En d’autres mots, c’est un mustang à l’état pur : un truc débridé qui fonce fonce fonce … sans trop de structure. Je fais simple mais mon but, pour être un humain complet, c’est de pouvoir me faire confiance sur la structure. Parce que une fois que je commence à baiser les limites que je me suis fixé… je me suicide en fait.

  2. réponse plus personnalisée
    Bon t’as peu être pas le même problème que le mien et j’ai quelques exceptions avec la rigidité.
    Primo, je fais une exception si elle est prévue. Je m’explique : Depuis une semaine par exemple, j’ai remarqué que le pomodoro pour certaines activités c’était presque contre-productif. Donc demain mardi, je vais tenter une journée sans pomodoro. Donc je déborde de mon cadre mais c’est prévu, c’est dans le cadre d’un test donc c’est cadré.
    Et secundo je trouve que la frustration que t’impose le cadre te force (« force ton cerveau ») à s’adapter à la vraie contrainte. Je crains trop de plâner dans l’éther du momentum qui va venir.

Je suis peut-être un peu trop rigide là-dessus et peut-être que tu peux m’aider à être encore plus performant en ayant la conscience tranquille de ne pas partir dans un délire auto-entretenu.
Quoi qu’il en soit je te remercie d’avoir répondu à mon message.
A vite fréro