Chapitre 4: La blonde le pervert et le mac

Bonjour.

Tout ce qui suit n’est que le fruit de mon imagination. Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite.

<Chapitre 3

Une semaine après ma dernière escapade, je ne peu que repenser à la dame du lac. :heart_eyes: Innocente et naïve, une perle dans un tas de merde, elle n’a rien à faire dans la rue. Je me dit naïvement que je pense pouvoir la sauver. Je me vois en chevalier des temps moderne, ayant une bonne situation, je peu me permettre de l’ héberger et de subvenir à ses besoins, le temps qu’elle aille mieux et pourquoi pas, tomber amoureuse de moi. Le fantasme de la pute qui tombe amoureuse de toi, un classique.
Donc une semaine jour pour jour je reviens au même endroit, à la même heure espérant la retrouver, lui donner mon numéro et lui dire qui si elle veut changer de vie je suis là.
Mais elle n’est pas là, je tourne un peu, j’attend, je me dit qu’elle est surement avec un client, je refait quelques tour mais après une heure j’abandonne les recherches. :disappointed_relieved:

Je me dit bon, j’ai fais pas mal de bornes pour venir, je vais pas partir les mains vides, ou plutôt les couilles plaines. :thinking:
Il est tard un paquet de putes on fini leur journée, il n’y a pratiquement plus personne. et celles qui restent on dut se prendre un bon kilomètre de bites dans la journée.
J’en repère deux, ensemble sous un pont. J’ouvre la fenêtre, l’une d’elle s’approche et me donne direct les tarifs: 20€ la pipe 50€ l’amour. Celle qui est venue est une roumaine brune dégueux, le classique. Elle faisait 40 balais à vue d’œil, elle était peut être plus jeune, mais la rue ça vous vieillis prématurément. Sa collègue était restée assise une blonde de 25 ans je dirait, typé bimbo petite robe d’été jaune ras la schneck, bottine en cuir qui remonte jusque a mi-cuisse.
J’ acquiesce pour les tarifs, elle me demande qui je veux, la blonde bien sur. Elle se lève et là oh my god, v’la le gros cul qui se ramène, un sacrée popotin, je préfère les petit cul de teens mais bon je vais pas faire ma fine bouche avec de la pute éco+.
Elle me dit de me garér plus loin et qu’on va faire ça sous le pont, ce que je fit.

En gros, le pont passe au dessus d’une rivière qui elle même est longé par une route, les pieds massif en béton de plusieurs dizaine de mètre de long offre une petite cachette côté rivière.
Elle ce baisse, je défait mon pantalon, me met la capote et commence par me sucer, rien de fou mais elle arrive à gober une bonne moitié de ma bite, elle fait ça goulument, je me relaxe. Après très peu de temps une minute ou deux max elle se relève, lève un peu sa robe au niveau du nombril et descend sa culotte au niveau de ses chevilles. Elle se penche en avant et me dit vas-y. Putain quel gros cul! Elle est pas grosse, je dirait 1m70 pour 70kg Un peu grasse mais pas grosse, des petites poignets d’amour qui ne sont pas pour me déplaire. Par contre son cul! c’est une péninsule, un continent par fesse. Elle guide mon pénis et je commence à la prendre en doggy elle debout penché en avant. Je nage… J’ai pas une bite de 20cm mais presque, plutôt large, mais là je nage. J’ai beau cartonner je sens presque rien. Pendant que je la tringle elle sort son téléphone et répond à des messages… :rage: Aucun respect. :roll_eyes:

C’est à ce moment là que de l’autre coté de la rive se pointe deux chances pour la France sur un scooter, nous éclairant de leur phares donnant des coup de gaz en nous sifflant et braillant des mots que je n’arrive pas à comprendre. Elle comme moi on leur gueule dessus leur disant de dégager, bien évidemment ça les amusent. Je sort ma bite molle, jette la capote et remonte mon pantalon. Je dit à la pute d’ appeler son mac qu’il résolve le problème, elle me dit << non, non j’ai pas de mac >> ouai mon cul. :lying_face: Du coup je doit être sur une vidéo sur un facebook d’un orc, mais bon vu la distance et la luminosité aucune chance de me reconnaitre. Mais au bout d’un moment ils partent.
On recommence donc elle me met une nouvel capote et on reprend, mais c’était sans compter sur nos deux hurluberlus qui bien évidement on une passion pour faire chier les gens et reviennent de plus belle. Rebelote on leur gueule dessus mais rien n’y fait ils ne partent pas, je jette une nouvel fois la capote et remonte mon pantalon. On se casse elle me dit qu’elle connait un autre endroit. :triumph:

De l’autre coté du pont coté route il y a un fourré, de là, sort sa collègue suivit d’un type, a-t-elle fait une passe? :thinking: Je n’en sait rien. On s’y engouffrent. Troisième capote, même position. C’est la que le gars reviens dans le fourré et fait mine de pisser, mais je vois bien qu’il nous regarde du coin de l’œil, je commence à bander mou, du coup je cartonne le pachyderme :elephant: que j’ai en face de moi histoire de faire monter la tension. Pendant ce temps là je vois le type qui commence à se masturber en nous regardant… DÉGAGE! je lui dit, sur ce à quoi il me répond << Sinon tu va faire quoi? >> d’un ton narquois et passablement alcoolisé.
Là c’est bon je sature, j’en peu plus des connards. :face_with_symbols_over_mouth: Je sort de ma baleine à deux bosses :whale: remonte mon futal sans prendre soin d’enlever la capote, regarde vite fait autour de moi et vois une palette à moitié pourris qui devais avoir plus de MST qu’une pute de Rome en 50 avant J.C. J’en arrache une latte et fonce vers le mec et commence à lui latter littéralement la gueule, j’essaye de garder mes distances comme je peu avec la végétation qui m’entoure, un momment,il en a mare et veut se défendre, il essaye de se jeter sur moi. C’est là que mon hippopotame :hippopotamus: de pute sort la gazeuse et lui en met plein la tronche, ça le calme direct, il sort en titubant, aveuglé, comme il peu du buisson, c’est sans compter la collègue de ma pute qui, alerté par le raffut, viens lui mettre une deuxième couche de bombe au poivre, on se retrouve à trois, moi et deux putes à le courser pour le lyncher, il détale.

Je retourne avec les putes sur leur spot, gonflé à bloc d’adrénaline, je sais pas où me foutre, je tremble un peu, je suis pas un bagarreur. Elles tapent frénétiquement sur leur téléphone. Même pas trente seconde après une berline Allemande noir aux vitres tintés s’arrête, la brune dégueux dit quelque chose en roumain aux types à l’intérieur pointant du doigt la direction où le pervers à fuit, ni une ni deux la bagnole fait demi tour en trombe en direction du crevard. Ah ouai donc tu disait que tu n’a pas de mac hein? :face_with_monocle:

Les deux en ont marre moi aussi, par contre j’ai pas encore balancé la purée et je sais pas si c’est l’adrénaline mais je suis remonté à bloc. Je dit à la blonde de finir le taff, elle n’a pas envie, elle me dit que ça fait déjà trois fois et que ça suffit, je hausse le ton lui disant que c’est pas ma faute si on est entouré de connards. Sa collègue lui dit quelque chose en Roumain, la blonde répond avec un air complaignant, la brune lui rétorque d’un ton sec et autoritaire. Elle à du lui dire un truc comme << Tu fait ton boulot et tu ferme ta gueule >>

Elle m’ emmène dans un troisième endroits derrière un buisson sous une fenêtre avec les lumières allumé d’un riverain. Je descend mon froc pour découvrir la capote d’avant toujours accrochée à mon zgueg. Je l’enlève et elle m’en met une nouvelle. Toujours la même position. Elle sort une nouvel fois son téléphone, PUTAIN! :angry: je la cartonne comme jamais, son gros cul contre mes cuisses font un ramdam d’enfer. Je lui met tellement chère qu’enfin elle lâche sont téléphone pour essayer de s’agripper au buisson mais les branches sont trop fine et souple, la seule chose qui la retient se sont mes main sur ses hanche que j’utilise pour lui taper dans le fond. Si je lâche, un coup rein et je te fout ce chameaux en orbite. :camel: + :rocket: = :artificial_satellite: J’accélère, plus vite plus fort, la tension monte et ENFIN! Je balance la sauce. :sweat_drops:

Je retourne à ma voiture et me dit que cette fois, c’est belle et bien la dernière fois que je vais voir des putes, entre le trans, les racailles et les pervers, j’en ai ma claque!

La suite au prochain épisode. :sunglasses:

Chapitre 5>

8 J'aimes

Putain, je suis fan des blagues sur les grosses, tu m’as régalé :joy::joy::joy::joy::joy:

1 J'aime

Tu as eclairci ma journee , excellent ! Bordel que j ai ri

1 J'aime

Merci, ça me fait plaisir.
C’est le genre d’ anecdote que je me vois mal sortir au repas de noël en famille avec les cousines… Non @SilvioBerluscunni cherche pas, elles sont toutes maqué! :yum:

1 J'aime