Comment devenir libre quand on est médecin ou en route pour le devenir?

Salut les freros. J’espère que mon topic est dans la bonne catégorie.

Nous sommes plusieurs sur ce forum à avoir choisi la filière médicale pour diverses raisons.
Et ceux qui l’ont fait, en France ou dans un système similaire, savent que niveau esclavage on est vraiment haut placés au moins pendant les études, qui sont très longues. Pour ceux qui n’ont pas fait médecine il suffit de voir les news sur les grêves des internes qui sont clairement pas du genre à se plaindre d’habitude pour voir le niveau d’esclavage et surtout de brainwashing (tabou de l’argent, culture de la vocation, banalisation du surmenage improductif et du suicide…) qu’on nous injecte dans les études de médecine.

Mais un questionnement m’anime depuis plusieurs années maintenant et peut-être qu’en bossant ensemble là dessus on pourrait ébaucher une réponse ou un plan d’action…

Comment devenir libre quand on est médecin ou en route pour le devenir ?

Pour ma part il y a deux parties au problème :

1 - Malgré une bonne connaissance du système de santé Français, de son architecture et d’un certains recule pour le comparer à d’autres systèmes je ne sais pas comment on peut réellement déconnecter ses revenus de son temps de travail quand on est médecin ou qu’on a des connaissances médicales

Bien que beaucoup d’idées et de projets aient germés dans mon esprit, aucun ne semble durable et ne pas se heurter à la doxa hippocratique qui nous bourre dans le crane qu’on doit soigner « gratuitement » et qu’on doit enseigner la médecine « gratuitement » et qui donc en France réduirait la clientelle de façon drastique.

2 -Je surintelectualise beaucoup les problèmes depuis que je suis en médecine et malgré le fait de passer beaucoup de temps à me cultiver sur le marketing, le leadership, le life hacking par les neurosciences, le management, la psychologie j’ai comme un blocage… j’ai beaucoup de mal à me projeter sérieusement avec une activité médicale dans tous les grands principes de Jean-Ma, de Tim Ferriss, d’Olivier Roland, de Chet Holms, de David Lefrançois, David Jay et j’en passe… J’ai l’impression d’être une sorte d’Edward DeBono qui a compris beaucoup de choses sur le cerveau humain mais qui ne sait en faire qu’un charabia ultra technique innaplicable en pratique…

Niveau actions, personnellement, je suis DBL en redif uniquement (l’horaire des live ne va pas avec mon emploi du temps qui est quasi exclusivement organisé en deepwork depuis longtemps).
J’en suis à la session 5 (j’ai déjà une rigueur avec un rituel du matin, une optimisation du temps plutôt pas dégueulasse, une ouverture d’esprit au sex TAO et autres techniques qui aident à une maitrise émotionelle).
Je suis Jean-Ma depuis des années et intellectuellement je suis sur une longueur d’onde similaire je pense mais voila je n’arrive pas à mettre tout ça en application pour devenir libre tout en étant en médecine…

Voila, donc les collègues, confrères, ou même ceux qui ont tout simplement de l’expérience dans le fait de sortir de l’esclavage, si vous avez un moment pour qu’on bosse ensemble CONCRETEMENT sur le sujet. Si vous avez des astuces, des plans d’action qui ont fonctionné pour vous, je suis preneur et j’en serais votre débiteur.
Je pense que ça pourrait aider pas mal d’entre nous que je vois tous les jours dans la même situation que moi à l’hôpital.

Bise les freros.

5 J'aimes

Je survalide entre l’externat (le pire moment de mes études), l’internat puis ensuite la carrière à l’hosto. Exercer en secteur public est vraiment de l’esclavage pure !

Tu vois je suis en train de terminer mon CCA (deux premières années d’exercices à l’hôpital) pour avoir accès à mon secteur 2. J’étais en pleine réflexion de savoir ce que j’allais faire ensuite : rester à l’hôpital, partir ?
J’ai évidemment réfléchis et ai testé ce qu’ils me proposaient : plein de postes vacants certes mais aucun dans des conditions dignes et absolument aucunes marges de négociation. Obligé de bosser dans des conditions de merdes comme un demeuré pour un salaire indigne (2900€ net pour 70 heures par semaine à bac+10)

J’ai annoncé cette semaine qu’à la fin de mon contrat, soit le 31 octobre 2020, je me casse de l’hôpital !
Ils ne me reverrons plus jamais !

A la place ils embaucheront des médecins intérimaires du tiers monde à 800€ la journée (oui oui) … le tout pour une expertise de piètre qualité. Ils savent qu’en refusant d’augmenter mon salaire, il en dépenseront 50 fois plus rien que sur ma tronche. Multipliez ça par tous les postes vacants en France. C’est comme ça partout ! Un système de fou car ils savent qu’ils coulent mais font tout pour ça coule encore plus vite !

**A la place : **
Je vais monter mon cabinet
Être libre
Faire la médecine que je veux faire avec des patients motivés
A mon rythme (pouvoir faire mon MR et le DW / pas d’embouteillage le matin)
Dans un lieu calme et agréable
Sans la contrainte des gardes, des astreintes, des horaires des autres collègues
Tout en gagnant 4 voir 5 fois plus ! (tout impôts et frais déduits)

A la place d’un salaire de misère à bosser pour un système de parasite, je vais avoir mon entreprise qui forcément marchera (la demande en consultation est monstrueuse … parfois 3 mois d’attente avant un premier rendez-vous).

Tous mes confrères partis en libéral sont heureux et pleins aux as tout en apportant du positif à l’univers.
Le tout 100% légalement :sunglasses:

9 J'aimes

Le souci est qu’il faut que tu t’achètes un cabinet ce qui n’est pas forcément donné, je me trompe ?

Compte tenu dans le médical d’une demande en nette supériorité à l’offre tout établissement bancaire déroulera le tapis rouge à ce genre de projet 100% safe, même sans le moindre centime d’apport.

1 J'aime

Je n’aurais pas un avis si tranché, j’ai lu pas mal d’études où les performances d’hôpitaux publics étaient parfois nettement supérieures à des cliniques privées. Et ce de façon récurrente.

Il y a des établissements de soins privés déplorables …

Comme le dit @SilvioBerluscunni il n’y aura aucun soucis pour l’emprunt.
En général la patientèle est constituée en moins de un mois avec carnet de rendez-vous plein pour au moins le trimestre. A temps complet et en secteur 2 selon les honoraires moyens, je tablerais sur un CA estimé à 280k annuel. C’est ce que se font mes confrères de la même spé.

Ayant peu besoin de matos, un simple bureau de consultation et une salle d’attente me suffisent.

Après je peux m’associer avec un confrère pour partager les frais, ce qui se fera sûrement !

donc location ou achat d’un local pro, les deux options sont envisageable

1 J'aime

Tapie est une pince doublé d’un self-made man, il connaît donc la valeur d’un euro contrairement à ceux qui pétaient dans la soie depuis leur plus jeune âge.

Il a donc assurément calculé le meilleur ratio coûts / qualité des prestations. Ce sont ceux qui calculent ce ratio dans toute dépense qui font réellement de l’argent à long terme, et non ceux qui claquent au plus cher uniquement par égo, par manque d’estime personnelle et par soucis d’image statutaire.

2 J'aimes

Merci des gars pour vos réponses.

Je ne rentrerais pas dans la discussion sur les personnalités publiques et l’accès aux soins même si c’est très intéressant car j’aimerais qu’on parle de pratico-pratique…

Quasi tous les bons CCA de mon CHU se barrent dans le privé. C’est vraiment atroce pour les externes et le internes car les CCA c’est généralement des gars encore jeunes et pleins d’énergie, ultra calés sur le spécialité, bon pédagogues et encore humains… Les forces d’élite de l’hôpital quoi…

Mais du coup, même en travaillant à ton compte en libéral. Ton revenu reste corrélé a ton temps de travail, même si la valeur horaire est nettement plus importante.

Je serai interne dans vraiment pas longtemps et l’idée de devoir encore être enchainé à l’hôpital pendant 4 ou 5 ans, soit les années de ma vie où je suis vraiment au pinacle de ma jeunesse, me donne vraiment envie de vomir…

Grosso modo j’ai pas envie de prendre du Tadalafil injectable à 35 ans parce que l’hôpital et m’aura coupé la gaule…

Si j’assure des revenus passifs je serais plus serein pour mon internat et la qualité de vie que je veux m’offrir.

Pour ce qui est des banques c’est pareil je n’ai aucun problème même en tant qu’externe à avoir des prêts assez gros sans apport et sans garant. Mais c’est se rajouter une chaine de plus… car il va falloir les enchainer les touchés rectaux à 2h du mat pour rembourser tout ça…

Donc grosso modo, comment on fait quand on est médecin pour : 1- être payé en fonction de mon efficacité et non plus du temps que je passe dans le service ou au cabinet ?
2 - Pourvoir mettre en place tout ça malgré ma vie actuelle d’esclave.

Actuellement je me lève vraiment tôt tous les matins pour mon MR et DW avant d’aller à la fac ou au CHU. DW où je réfléchis à plein de moyens de parvenir a ces objectifs mais ça reste une démarche intellectuelle, pas des actions concrètes.

Il y a des jeunes médecins qui font de la recherche, il y a en a qui ont arrêté médecine, d’autre qui font du consulting pour des boites après arrêt de leur activité clinique suite à un burn out… Mais ils ont tous 10 ans de plus que moi et on quelques sous de côtés depuis quelques années…

Il n’y a pas de solution miracle. Mais si quelqu’un a des conseils sur ce qui pourraient fonctionner sans être dans l’illégalité… Je suis preneur.

PS : j’ai déjà regardé pour l’expatriation dans des pays qui correspondent plus à mes valeurs et qui sont fiscalement moins vampiriques… mais les médecins sont encore moins bien payés qu’en France…

1 J'aime

Qu’on aime ou non Bernard Tapie, je trouve que ce type à des compétences en expression orale, une intonation dans la voix hors - norme, un charisme incomparable … Élément indispensable dans les affaires.

1 J'aime

Tu sais élaborer sur ce point? j’ai déjà entendu des gens expliquer cela, qu’il y a un complot pour privatiser de plus en plus la santé, ton avis m’intéresse puisque tu es un « insider ».

Salut mec !

Concernant de ce qui est de privatiser la santé, je suis assez perplexe. Vu de l’intérieur c’est encore plus le fouillis que lorsqu’on voir ça d’un œil innocent.

En fait j’ai l’impression qu’il Y a une perte totale de sens dans l’hôpital public.
D’un côté nous avons le personnel, souvent de gauche et dévoué à fond sur l’hôpital. Bien sûr avec le fonctionnement de fonctionnaires qui fait qu’on a souvent des feignants et des incompétents qui font toutes leur carrières.

De l’autre on a un système ultra libéral qui gère l’hôpital comme une entreprise. Cependant c’est encore très mal géré à cause d’une certaine caste ministérielle et administratif qui prennent des décisions de non sens

Ex : ne rien faire pour sauver le personnel compétant qui se barre dégoûté et pris à la gorge mais prendre à la place des intérimaires étrangers nul qui coûtent 10x plus chers qu’un vrai médecin.
Ex : les pratiques abusives des patients ou de la société en général qui abuse du système (ex : Les gens qui appellent du samu pour un bobo ou de la solitude–> hôpital–> retour en taxi … Le tout 100% au frais de la société).
Ex : La pratique abusive d’examens médicaux très coûteux et inutiles, les hospitalisations de complaisance,…
Ex : On finance aussi des postes qui n’ont aucun sens à hôpital comme un e-nieme administratif qui rien de plus que celui qui faisait les même tâches mais en divisant encore plus le focus et les tâches de chacun.

2 J'aimes

Je rejoins le @Dr_Duracell .
Ayant eu un pied dans l’administration hospitalière et universitaire via les instances représentatives des usager et étudiants. Si complot il y a, il est bien caché. Où alors c’est que les dirigeants font exprès d’être totalement nuls en management ?

L’hôpital public comme tous les services publiques sont financés sur des enveloppes dédiées à chaque post de dépense… Quand on voit que les enveloppes administratives (dont les noms sont imprononçable) sont régulièrement renflouées au détriments des enveloppes de CBSM (consommation de soins et biens médicaux) voir des enveloppes MERRI (qui servent notamment à payer la formation hospitalière des soignants) il ne faut pas s’étonner de voir des « oeuvres d’art » à 350K€ dans le hall des hôpitaux dont les services n’ont même plus de quoi remplacer un ECG à 2000€ qui déconne mais qui pourrait sauver des vies…

Donc la « privatisation de la médecine » et les « médecins étrangers au rabais » c’est un peu comme le grand remplacement en fait… .Ça a l’air de répondre à la loi du marché.

Comme l’à dit Dr Duracell, on a un hôpital communiste chapeauté par un gouvernement ultra libéral et capitaliste.
Les personnels de santé qualifiés en ont marre de se faire traiter comme de la merde (sur le plan managérial) et faire des heures qui ramènent leurs 3000€ mensuels à un smic horaire (quand on fait 86h/semaine).

Donc ces ouvrier qualifiés dont les études (entre 9 et 14 ans) coûtent cher à l’étudiant comme à la société, se cassent, et sont remplacés par des médecins formés à l’étranger (le gouvernement n’a pas déboursé un kopek pour sa formation) qui sont payés très cher, par des enveloppes de remplacement qui sont prévues à cet effet et bien garnies par rapports aux enveloppes dédiées aux titulaires…

L’hôpital à une obligation d’assistance publique et les services ont au cahier des charges de fonctionnement. Ça veut dire que si il manque un anesthésiste dans un service de chirurgie, le service est obligé de prendre un intérimaire sinon il doit FERMER, et donc laisser les gens faire 300 bornes pour trouver un autre CHU qui pourra les opérer… alors quand c’est une urgence vitale imagines le bordel… voila pourquoi on a aujourd’hui des services qui tournent avec 60% de médecins étrangers dans les hôpitaux publiques.

Les cliniques privées n’ayant pas tout à fait les mêmes obligations ni les mêmes objectifs peuvent faire autrement et peuvent facilement titulariser un médecin Français en le payant 4 fois plus qu’il ne l’était à l’hôpital public pour des horaires bien plus confortables (ne dépassant pas 50H/semaine).

La loi de l’offre et de la demande qui finit pas s’appliquer à notre système de santé malgré un bouclier communiste très fort qui est en déclin qui s’appèle la Sécurité Sociale…

PS : Par expérience, les médecins étrangers ne sont pas forcement les pires… les pires c’est surtout certains français qui partent en Roumanie car pas capables de passer les examens en France (examens difficiles qui sont inadaptés mais qui ont le mérite de faire un tri impartial), qui ont un niveau misérable mais qui passent quand même en Roumanie car ils payent très cher l’école privée, et qui reviennent ensuite en France pour gagner plus qu’en Roumanie forcement…

2 J'aimes

Tout dépend de ton point de vue et d’où tu viens…

La Belgique a un système d’enseignement de la médecine qui semble un peu plus logique et moins arriéré que le notre mais la sélection à l’entrée c’est le gros bordel (tirage au sort, dessous de table etc…)

Les Pays bas aussi c’était considéré comme l’el dorado. Mais 2/3 des étudiants sont pris par tirage au sort et 1/3 par concours… Et ils vont vite vu la différence de niveau entre ceux qui venaient du tirage au sort et ceux qui venaient du concours… Du coup on a en France une réforme qui traversti le concours d’entrée en une selection sur 3 ans et des pays comme la Belgique ou les pays bas qui regardent sérieusement s’il pourrait pas mettre une selection type PACES dans leur pays ^^

Les états unis c’est absolument superbe comme système mais c’est atrocement cher…

Les pays post soviétiques c’est assez déplorable… c’est globalement le même sytème qu’en France. Sauf pour les infirmières ou j’ai eu la chance de visiter une de leurs écoles et c’est le top niveau par rapport à la France malgré un budget dérisoire.

Personnellement, une fois interne je ne sais pas si c’est très intéressant d’aller en Belgique… d’autres pays comme la Suisse offrent mieux mais pour y rentrer c’est aussi compliqué.

Merci pour ces infos complémentaires. Je ne connais pas tous les détails de l’affaire Tapie…

Environ un patient sur dix.
Sur les milliers de passages aux urgences par jour, je te laisse faire le calcul :confused:

Y a un truc que je pige pas…
Pourquoi embaucher des étrangers a 800eur la journée plutôt qu’un interne français ?
Le roumain est en intérim et payé uniquement en cas de pic d’activité donc quelques jours dans le mois ?

Qu’est ce qui empêche un interne d’être payé 800eur le tjm comme un roumain ?

Perso je suis en freelance dans le secteur informatique avec un tjm de 650 et je me fais 5500eur nets par mois, un salaire impossible a obtenir si j’étais en CDI…

Bonjour les gars je vous faire part de mon expérience personnelle. J’ai fait ma première année de médecine en 1992 puis j’ai passé mon internat en 1999 et j’ai fini en radiologie à Lille. J’ai fait mon Clinicat à Lyon durant trois ans. J’ai bossé comme un petit soldat je me suis fait exploite. Ensuite étant radiologue j’avais la possibilité de m’installer dans le privé mais travailler en association ne me faisait pas rêver. D’une part, tu payes cher des parts d’entrée que tu n’es pas sûr de revendre dans 35 ans et de plus les rythmes sont vraiment très intenses.J’ai des collègues qui a 40 ans attendent la retraite avec impatience. Certes ils ont des salaires mirobolants mais ont une qualité de vie que je leur envie pas. J’ai testé la Suisse et j’en suis revenu car c’est pas top pour un radiologue (certes bien payé mais salarié).
Actuellement j’ai pu trouver une collaboration où je gagne correctement ma vie en bossant 30 heures par semaine (sur trois jours).
Je cherche des revenus secondaires, peut-être de la formation en ligne sur mon domaine, du drop shipping.
Je ne sais pas encore, je fais des séances de deepwork sur ça.
Pour moi le problème en France est que la médecine n’est pas libérale puisque soumise au tarif de la sécu et maintenant au lobby des assurances.
On parle de supprimer le secteur 2.
De plus, l’arrivée de l’intelligence artificielle va encore changer la donne dans tous les domaines même en chirurgie.
Voilà mon retour d’expérience.
Je suis prêt à en discuter avec vous les frérots

1 J'aime

Je tiens à rajouter que la Suisse est une bonne alternative quand même mais j’ai dû rentrer en France à cause d’ennuis personnels (divorce).

1 J'aime

Autant faire de la télémédecine sur des patients français, depuis n’importe où dans le monde …

1 J'aime