[DbL] "L'égalité ça n'existe pas, ce n'est pas naturel, il ne faut pas la chercher"

La France élit des Rois pour mieux les décapiter derrière.

La Suisse est un idéal malheureusement non réplicable.

De même qu’on ne gère pas un territoire de 8 millions d’habitants concentré dans un espace montagneux, qu’un archipel de quasiment 70 millions d’âmes dispersées aux 4 coins du globe.

Les Français ont besoin de s’incarner dans la figure du Président.

Ça n’est pas un sujet anonyme au service de la couronne.

Le faste est nécessaire pour imposer son autorité.

D’où le portefeuille inestimable de palais qu’il a à sa disposition.

En revanche, le Roi reste toujours le premier serviteur du Royaume.

Et le peuple français ne pardonne pas d’être gouverné par une aristocratie qui la pille (fiscalement) avant de l’insulter.

C’est pourquoi il y a aujourd’hui une coupure entre ces deux univers.

Et que, tôt ou tard, ça mènera à un « grand remplacement » politique et institutionnel.

2 J'aimes

Chez les bébés uniquement et la présence de la mère est primordiale jusqu’à ses 4-5 ans à peu près. Mais à partir de cet âge-là, le père doit petit à petit imposer sa présence tout en effaçant celle de la mère. A partir de l’adolescence, la progéniture a en priorité besoin du père, la mère ayant déjà rempli son rôle qui est de fournir un équilibre affectif à l’enfant. Donc lorsqu’il y a divorce et que l’enfant (souvent aux alentour de 9-10 ans) et donné à la mère avec un contact minime accordé au père (voire pas de contact du tout) on peut limite parler de maltraitance car tu peux être sûr que l’enfant va grandir sans repères, sans limites morales, qu’il sera instable, moins bon à l’école, moins structuré, moins ambitieux et qu’il réussira moins dans la vie, et si l’enfant est un garçon alors tu peux être sûr qu’il va devenir un homme faible.

Car seuls les hommes sont prêts à faire tous les sacrifices nécessaires pour obtenir ces postes, et encore, on parle d’une minorité d’hommes, les plus puissants et les plus coriaces. Si tu regardes le top 10 des femmes les plus riches du monde, tu ne trouveras que des héritières ou des femmes divorcées d’hommes riches.

Il y a un symptôme récurrent dans tous tes messages : tu confonds « inégalité » et « injustice ». Il est vrai de dire que la majorité des patrons et des politiques soient des hommes est une inégalité, mais ils se sont battus pour ça et tu ne trouveras que très peu de femmes qui se battent avec autant de hargne alors ce n’est pas une injustice. Et comme dis plus haut, il y a également une inégalité en faveur de la femme dans la garde de l’enfant avec le divorce, ce qui relève cette fois-ci de l’injustice car cela va à l’encontre des besoins de l’enfant et du père mais tout le monde trouve ça normal.

Pas d’égalité n’est pas égal à « injustice » encore une fois. Tous les pays occidentaux ont inscrit dans leurs loi l’égalité salariale, si une femme gagne moins qu’un homme au même poste, c’est qu’elle travaille moins ou qu’elle négocie mal son salaire ou que le patron agit dans l’illégalité, point final.

Autre symptôme de tes messages : tous tes arguments sont biaisés par de l’idéologie avec quasiment aucune remise en contexte, voire carrément en présentant de fausses informations (inégalité salariale, dire que l’homme domine la femme alors que les lois sont sémantiquement en faveur des femmes et qu’on vire les hommes des postes clés en faveur des femmes indépendamment des mérites de chacun)

Là aussi tu viens avec de l’idéologie, du mépris, de la condescendance et une opinion préformatée sans même avoir eu l’honnêteté de te renseigner rigoureusement sur la question. Regarde le reportage The Red Pill si tu veux vraiment savoir pourquoi les hommes ont besoins d’associations, et je t’encourage à regarder les chaînes youtube d’Alexis Fontana, Mos Majorum et Osalnef. Y en a pleins d’autres dans le genre mais dans le monde francophone ce sont les plus solides. Tu dis beaucoup de choses mais tu ne sais pas de quoi tu parles, tu répètes ce que les institutions te disent de dire et penser, rien d’étonnant au vu de ta profession mais je pense que tu as un lourd travail de recul et de réinformation à faire avant d’étaler cette propagande victimaire qui n’est pas la bienvenue sur ce forum.

Ce sujet est excellent et j’ai une idée que je veux depuis longtemps développer :

Ya un point aussi qu’on ne voit pas toujours quand on pense à l’égalité (ses faiblesses) c’est que :

Prenons le cas d’une société, ou d’un service public par exemple. Revenons plusieurs décennies en arrière, le recrutement favorisait les meilleurs, les postes de direction étaient attribués au plus méritant, à ceux qui réussissait à gravir les échelons. A la tête des directions régnaient des maîtres qui dominent par leurs compétences les autres.

Puis peu à peu, vous voyez que l’Etat met en place des aides pour les minorités ou personnes en difficulté.

  • Vous devrez obligatoirement accueillir du personnel handicapé, Ok pas de soucis on va s’adapter à la politique de l’Etat.
    Vous devrez recruter des personnes issus de zones sensibles et l’Etat va vous donner de l’Argent : Ok bon, on va faire nos calculs entre un ingénieur et un CV important donc plus amené à négocier un gros salaire ou une personne peu qualifié mais dont l’Etat va me donner un coup de pouce car je l’ai engagé lui.
  • Vous devrez avoir plus de femmes dans les grands postes de direction de votre service : Ok, je vais éviter de mettre à la tête de ce pôle un Homme, certe très qualifié mais je serais enclin à prendre une personne moin qualifié pour pas prendre des sanctions.

En bref, ce sont des exemples mais ils sont bien réel : Obligation d’avoir un certain % de personnel handicapé, Aide financière pour avoir prit une personne en zone sensible, plus de femme dans les hauts postes de direction ( loi de la transformation de la fonction publique ).

Tout ça c’est cool, dans la démarche social et bienveillante il faut accueillir divers personnes dans un service, mais on peut comprendre clairement que cette discrimination positive ne peut booster le service et ne va que décliner sa qualité.

En raccourci : L’égalité au travail tue la qualité du travail.

Je t’ai lu et j’ai trouvé ton point de vue intéressant et constructif, jusqu’à lire que « J’étale de la propagande victimaire ».

Jusque là j’ai à aucun moment affiché des convictions franches. Tu m’accuses de prendre position, là ou je pose des questions, bref je suis dans le débat et dans la recherche de réponse, j’invite les gens qui me donnent des points de vue que j’ai pas l’habitude de lire à me donner plus d’arguments.
Est-ce que par hasard tu m’aurais pas rangé un peu dans une case d’enseignant bobo de gauche féministe qui mange du quinoa? Je me demande qui a besoin de prendre du recul…
Tu sers pas tes propos en attaquant les gens sur leur personne plutot qu’en te contentant de donner des arguments, qui en l’occurence sont bons.

Je vais prendre tout ce que tu m’as donné dans ton post et m’informer. Merci pour les infos.

Le problème que tu soulève est important. La discrimination positive est une mesure pour combattre l’inégalité qui en fait la renforce.
Chaque femme, homme, handicapé, minorité a un potentiel qui lui est propre. Combattre l’inégalité équitablement, ce serait chercher à réduire la discrimination pour permettre à toutes ces personnes d’atteindre leur potentiel dans les mêmes conditions. Le problème c’est qu’on n’a souvent aucune idée comment faire ça. Du coup on prend le raccourci de la discrimination positive mais ça ne règle rien.
Perso, j’ai pas vraiment de solution. Il y a de la discrimination. C’est injuste et je sais pas comment la combattre. quelque part je comprend le choix de prendre une solution qu’on sait inefficace plutot que de ne rien faire. C’est débile, mais meme en chirurgie on a déjà fonctionné comme ça :rofl:

Bonjour à la communauté

Je lis avec attention tout vos messages et je fais probablement partie d’une majorité silencieuse mais je n’en pense pas moins pour autant.

Je trouve vos contributions très intéressantes. Elles permettent de mettre en lumière des sujets biaisés par notre conditionnement, les idéologies courantes ou les lacunes de notre instruction.

J’adhère parfaitement à la nécessité de bien distinguer inégalité et injustice. Et nous ne devons pas nier nos différences et donc nos inégalités. A nous de les utiliser au mieux, en faire des atouts.

Un autre point très fortement inégalitaire que je souhaiterais partager avec vous, entre humour et réalité : l’humanité est sortie de la chatte de la femme et ce constat me plait bien :wink:

1 J'aime

Merci d’avoir lu mon idée, je suis d’accord sur leur potentiel mais l’effet négatif est plus important. Ça reste vraiment complexe comme tu dis ya pas vraiment de solution. Soit on tire sur le social soit on prime la qualité et la performance.

Tout à fait d’accord. En fait je pense clairement qu’on est dans un cercle vicieux. L’effet négatif va augmenter constamment.

Finalement j’en suis pas tant persuadé. Je crois qu’il y a une solution. Et c’est un peu ce que fait @Jeanma dans son discours sur la communauté. Il parle de développer les aspects positifs du communautarisme. Si chaque communauté est forte, les échanges entre communautés seront plus détendus, finalement. Moi je me sens à l’aise d’avoir des échanges avec une autre communauté, probablement parce que je fais partie d’une communauté solide et que je suis à l’aise avec mon identité.
Aujourd’hui, on peut rêvé pour que ce genre d’idée soit développée au niveau politique, en France. Mais Jeanma fait un grand geste citoyen dans sa démarche. Et je pense que c’est un processus logique que vont connaitre beaucoup de communautés en France.

Bordel ça fait plaisir de lire quelqu’un d’intelligent, qui réfléchit.

Marche à suivre pour être la Suisse:

  1. Profiter financièrement d’un conflit mondial en se déclarant paradis financier neutre et en faisant un maximum d’échanges commerciaux avec le camp le plus offrant. Alligner toute sa politique de manière à se faire un max de blé et inventer le secret banquaire pour encaisser l’argent des victimes de la guerre.

  2. Mesurer la taille d’un département de la France.

  3. Avoir un peuple qui pense que pour que le pays fonctionne faut travailler.

  4. Avoir un système démocrati… Non ca on s’en fout. On pourrait être dirigés par un singe sur une balançoire, avec le pognon qu’on a on serait toujours bien. :rofl:

1 J'aime

Vérité absolue.
On ne soupçonne pas la difficulté de la vie des dominants.

Exemple scientifique :

Quand on prend un groupe de rat,
le dominant se fait connaître assez rapidement.
On les laisse vivre en huis clos quelques temps,
pour qu’ils puissent s’habituer à cette hiérarchie.
Puis on autopsie tous les rats.

Le dominant est toujours le plus stressé de tous.

Alors… je sais pas si les rats dominent avec amour (pas sûre)
mais en tout cas ils ont une grosse paire de couille (comparé à leur poids de corps)

voilà

(pire démonstration de l’histoire)

3 J'aimes

Attends

On va prendre les loups alors :wolf:

Dans une meute de loups, y’a une hiérarchie

Le couple Alpha
Le couple Bêta
Le souffre douleur

Le loup Alpha se bat pour protéger sa meute contre les agressions extérieures ET intérieures contre ses rivaux dans la meute.

Il a une position dominante, en hauteur, pour surveiller.
Beaucoup de taf et de stress tout ça hein.
Mais il bouffe en 1er, et baise la meilleure femelle.

Le Bêta est juste en dessous, s’il bat l’Alpha en duel, il prendra sa place comme chef de meute. L’Alpha rétrograde en Bêta

Et le souffre-douleur prend tout dans la gueule.
C’est moche mais c’est comme ça

Il en est de même du coq dominant.

Il a certes comme privilège un accès illimité aux poules de son harem tout en s’octroyant le droit de grailler en priorité devant les bêtas.

Mais son devoir, au sein du poulailler, est triple:

  • Il doit nourrir son clan

  • Le protéger bec et ongle contre les prédateurs (les fameux combats de coq)

  • Et assurer quotidiennement les rituels de domination (le chant du coq en fait partie)

Sans parler des rivaux, qui veulent être alpha à la place du dominant.

L’avantage d’être dominé, c’est qu’on échappe aux devoirs quotidiens du chef.

Et si on choisit bien son oppresseur, on peut même bénéficier d’une position de rente.

L’Arabie Saoudite, par exemple, est un satellite des Etats-Unis.

Mais en échange de cette soumission, MBS bénéficie du matériel militaire ainsi que de la protection américaine.

Sans oublier de faire allégeance à la Maison Blanche.

Au contraire, l’Iran a choisi la voie dissidente et se retrouve « excommunicado » sur la scène internationale.

Soit on choisit d’être sujet de l’Histoire, soit on préfère n’être qu’un objet.

Au choix.

Même si les rapports de force sont toujours plus complexes qu’en apparence.

Un dominé peut manipuler le dominant en le poussant à adopter un comportement contraire à ses propres intérêts.

Il ne s’agit pas non plus d’être binaire sur la question.

Intéressant.

Si j’étais un loup je resterais donc en apparence le Bêta, cependant je me débrouillerais pour retourner le cerveau de la plus belle femelle afin de la baiser pendant que ce con d’Alpha se coltine la surveillance en bon cocu qu’il est, à exhiber sa «puissance» par soucis d’estime de lui. De plus, étant moins soumis au stress, mon espérance de vie en bonne santé serait nettement plus importante que celle de l’Alpha, le stress faisant vieillir prématurément et engendrant tout un tas de troubles / maladies …

Concernant bouffer en premier rien à foutre, les bactéries d’une viande crue étant principalement sur l’enveloppe extérieure, autant que ce con d’Alpha stressé à monter la garde pendant que je chevauche sa magnifique louve instagrameuse bouffe en premier et ajoute à son stress des bactéries néfastes.

Il mourra tôt, je mettrai ensuite le souffre douleur à la garde sous la menace physique, pendant que je continue à baiser la femme du défunt. No stress :ok_hand:

Donc si aucun loup n’a pensé à ça alors que ce plan s’est dessiné dans ma tête en 10 secondes, c’est que les loups sont cons.

1 J'aime

Excellente contribution, et je confirme :
L’important n’est pas de dominer bêtement.

Je préconise plutôt :
-augmenter son level de conscience pour comprendre les mécanisme de domination
-trouver sa place, ou bien la place qu’on convoite
-utiliser les outils de domination pour obtenir et conserver sa place

On est toujours à la fois dominant et dominé.
tout dépend par rapport à qui et à quoi.
Et la position de dominant n’est pas synonyme de confort et succès,
tout comme la position de dominé n’est pas synonyme d’échec.
C’est plus compliqué que çà.

Encore une fois, il s’agit d’une recherche de conscience, d’identité, et d’équilibre.

1 J'aime

Est-ce que t’as des lectures à nous conseiller sur les mécanismes dominant dominés?
Perso, j’ai eu une formation récemment sur la CNV (communication non violente), qui exècre complètement le schéma dominant dominé. Mais ils le définissent aussi très différemment que toi.
J’étais pas ultra convaincu par cette méthode. Je pense qu’elle donne de bonnes clés pour résoudre les conflits ou les empêcher de s’envenimer mais ca s’arrete la.

aimer ou ne pas aimer le shéma dominant / dominé me parait foireux.

Mieux vaut avoir un sentiment neutre au sujet des mécanismes auxquels on échappe pas.
Sans quoi on reste à jamais émotionnellement dépendant.
Mais bon, dans la mesure où 99% de la population l’est,
ils s’adaptent au publique.

Celui qui observe la réalité avec le regard calme de l’acceptation
obtient une analyse plus précise.
Ce qui est quand même un sacré avantage stratégique.

En plus de celui de ne pas être parasité par sensations
que nous procure l’observation nécessaire à l’analyse.

En fait ils ne parlent pas vraiment du schéma dominant dominé mais plutot d’un rapport de domination qui apparait dans un conflit. Au moment ou t’as une intéraction avec une personne, cette personne pourait commettre une action de domination sur toi.
Bref le concept de domination est utilisé très différemment dans ce cas là. Donc c’est très difficile d’en discuter. Il y a dissonnance épishémologique.

Mais ma question principale était

ok je capte.
ils focalisent sur le rapport de force dans les conflits,
tandis que moi j’étends à tout type d’intéraction.

Dans tous les cas : le conflit est presque toujours la pire solution.
Il coûte execisemment cher, et peut toujours devenir expodentiel.
D’ailleurs dans la plupart des cas je l’évite.

sinon, pour ta demande au sujet des ouvrages traitant des mécanismes dominant / dominés…
Non.
D’une manière générale j’ai peu de culture. 90% de ce que je sais viens de maître (transmission directe),
ou bien de mes expériences de vie. Je ne suis pas un grand lecteur (même si j’aime lire).

2 J'aimes

edit pas le bon thread