Désir sexuel : filles VS gars

Pour rebondir sur quelque chose que Jean-Ma évoquait dans le live de tout à l’heure :

pensez-vous que les nanas pensent plus au sexe que les gars, qu’elles aient plus de désir ou non ?

Jean-Ma vient de dire qu’elles en ont plus et ça fait longtemps que je me pose la question.

À l’adolescence, ça me paraît difficile de parler plus de cul que les mecs.

Mais une fois adulte j’ai l’impression que les hommes parlent plus de business, de politique, de santé, de sport, de spiritualité, d’immobilier, de projets, etc… que de cul en moyenne.

Alors que les femmes semblent constamment centrées sur la question de leur désirabilité, des relations amoureuses sérieuses ou légères, etc…

2 J'aimes

Qui y pense le plus ? Je ne sais pas

Mais les hommes (dans la globalité) font plus d’effort que les femmes pour arriver à ce but, on le voit bien avec les coachs en séductions qui pullulent sur internet, ayant pour clients essentiellement les hommes, la prostitution, où les clients sont majoritairement des hommes, etc.

Ca ne répond pas exactement à ta question, mais si cela peut apporter des pistes

1 J'aime

Le but de ces discussions annexes est souvent la conquête du pouvoir et de l’argent pour au final avoir les femmes, on en revient donc au sexe, mais par l’action. Le sexe est important à la fois pour l’homme et la femme, ce qui est utile à la survie de l’espèce.

3 J'aimes

Les femmes aiment se sentir desirées.

Les hommes se sentir aimés.

2 J'aimes

Mon expérience personnelle m’amène à croire que nous pensons beaucoup au sexe lorsque l’on est célibataire, mais assez peu lorsque nous sommes en ménage, alors que c’est tout le contraire pour la femme.

Pas vraiment d’accord. Les femmes adorent également se sentir aimées, d’où leurs constantes demandes de preuves d’amour et les hommes aiment également se sentir désirés.

1 J'aime

Je pense qu’il est super important de dissocier le désir ou pulsations sexuelles avec le fait d’en parler.

Je pense que les femmes en parlent plus entres elles que les mecs il faut dire que les femmes parlent de toute façon plus que les mecs…

Quand aux pulsions et besoins j’ai donné mon avis récemment sur ce sujet post Réaction à : "Le sexe gratuit n'existe pas" (Tugan)

Comme tu le dis il y a la situation à prendre en compte, situation sociale, age, niveau hormonal…

Hum… notion d’inversion intéressante ( mais naturellement assez récurrente sur un certain nombre de sujets hommes / femmes ) …

Les gars, même adolescentes les filles parlent BEAUCOUP plus de cul que les mecs, et surtout elles en parlent beaucoup plus crûment que vous ne l’imaginez !

J’ai été choqué d’apprendre ça par quelques copines, mais vous idéalisez trop les femmes !

2 J'aimes

Il me semble que c’était dans le contexte du couple.

Peut-être que les femmes sont davantage focalisées sur leur partenaire (oui par besoin de se sentir désirable, par possessivité -propre aux hommes aussi, par peur d’être abandonnées au final).

le désir masculin est moins concentré, plus éparpillé (pas moins fort), à partir d’un moment, c’est difficile de rester concentré libidinalement sur une seule personne, une seule femme, c’est à partir de ce moment que le désir peut paraître moindre.

franchement, je pense qu’en couple la libido souffre (celle des hommes comme des femmes, mais surtout homme), après le couple a d’autres avantage (enfin probablement, c’est ce qu’on dit : ).

" Souvent, les femmes couchent pour réussir, et les hommes réussissent pour coucher "

« Les femmes jouent souvent de leurs charmes pour réussir et les hommes jouent souvent de leur réussite pour coucher »

Delavier.

2 J'aimes

Je trouve que Delavier est incroyablement intéressant et pertinent dans certains domaines ; mais alors sur certains sujets il dit franchement de la merde ( de mon humble point de vue ).

Bon pour ce point, ce qu’il dit semble se vérifier.

Mais qu’en est-il du désir réellement charnel des femmes ?

Stéphane Édouard dit que les femmes ont tendance à se réfréner sexuellement pour utiliser le sexe comme une monnaie d’échange ( désolé, j’espère ne pas déformer ses propos ) ; mais ça ne veut pas dire que leur libido réelle est faible, non ?

Pareillement, je le trouve très pertinent sur certains points, mais à côté de la plaque sur d’autres (la religion et Dieu pour ne citer que ça).

A mon avis, la « tendance à se réfréner sexuellement » dont tu parles est effectivement très certainement liée au fait que le sexe soit la monnaie d’échange féminine, et donc pour ne pas la dévaluer, et pouvoir avoir une offre forte, la femme a tout intérêt à limiter son offre, donc se réfréner sexuellement.

Cependant, elle est aussi liée au danger que représente le sexe pour la femme. En utilisant sa monnaie (le sexe), la femme se met en danger bien plus que l’homme. C’est elle qui prend le risque de tomber enceinte (peut-être plus pour longtemps, 2020, vive le « progrès ») et donc de potentiellement s’exposer à un risque qui est celui de la mort lors de l’accouchement. Même si aujourd’hui il y a contraception, médecine etc… c’est très récent à l’échelle humaine le mécanisme de pensée de la femme moderne reste globalement le même que celui de la femme d’il y a des centaines, voir milliers d’années.
Donc la femme effectue un calcul « Est-ce que cet homme a le potentiel de me transmettre une descendance suffisamment stylée pour que je mettre me vie en danger en couchant avec lui ? » (tandis que pour nous autre les hommes, le calcul se limite à « Eske elébonne » ? Et donc bien souvent, ce calcul induit un « non » et explique ce refrènement sexuel, qui n’est en aucun cas une libido faible. Au contraire ça marche comme les hommes, les femmes bien conformées et avec un haut taux d’œstrogène ont une haute libido.
Seulement, par le biais des calculs que je viens d’expliquer elle parvient à canaliser bien mieux sa libido, car sa survie en a dépendu pendant des milliers d’années.

C’est pas plutôt la testo qui augmente la libido ?

Même chez les femmes ?

Je crois que j’avais lu un jour qu’une nana avait pris par erreur un médoc qui avait augmenté son taux de testo et qu’elle n’arrêtait pas de vouloir baiser, et qu’elle disait comprendre ce que ressentaient les ados masculins.

Bon d’un autre côté, on associe également souvent la production d’oestrogènes chez la femme à des situations comme le fait de se sentir en sécurité, d’être détendue, etc… comme en couple par exemple ; avec le fait d’une augmentation du désir sexuel.

Le témoignage me laisse dubitatif

Chez la femme, l’œstrogène stimule la libido, et chez l’homme la testostérone stimule la libido. Si seule la testostérone affectait la libido, la femme qui en a infiniment moins que l’homme n’aurait alors aucune libido.

Je pense que Jean-Marie devrait nous faire quelques DBL spécial psychologie de la femelle.

Même s’il a à la base une approche plutôt bourrin ( soyez riches et puissants et les femmes viendront à vous ), il a mine de rien une compréhension extrêmement fine de la psychologie, psychologie générale, psychologie féminine… et il s’exprime avec une très grande clarté et précision.

Bon après la base de DBL c’est plus la survie que la drague donc ce n’est probablement pas au programme des épisodes prioritaires mais ça pourrait être très sympa ( et salutaire ).

Il y a des femmes qui n’en ont plus, mon ex par exemple elle m’a encore dit récemment que c’est peut-être parce qu’elle se trouve nulle moche etc…

Un ami qui a un peu plus de 40ans a une copine un peu plus jeune, vivant en Allemagne donc 70km de chez lui et d’origine d’Asie du sud (je ne sais plus quel pays)… Ben depuis qu’ils ont eu un enfant (5ans a peu près) elle n’a plus de libido non plus! Ils ne se voient que le week-end mais madame n’a pas d’envies sexuelles sans donner plus d’explications.

Vite fait j’ai regardé du coup. La libido c’est « l’aspect psychique de la pulsion sexuelle », contenue selon Freud, dans le Ca :balloon:.

Ce qui veut dire alors que la libido c’est pas tout à fait la pulsion sexuelle.
c’est pas tout à fait dans le corps que ça se passe, la libido.

Les hormones agissent sur le physique. Mais si la libido est dans le Ca :balloon:
Apparement on apprécierait un live sur la libido

Intéressant, même si je conseille la méfiance la plus élevée possible vis-à-vis de Freud ( pour des raisons que je ne détaillerais pas pour rester politiquement correct ).