Dress code ; ou se lacher VRAIMENT, et est ce que ca rend sexy ?

Salut la communauté, j’espère que vos trainings se passent bien sous la houlette de notre sex coach unique et préféré.

Je ne savais pas ou poster ca, mais sous la forme d’ une réponse à la vidéo " stimule son désir" ca me parait approprié.
Ca va peut être paraître un peu perché, mais il m’est revenu une anecdote marrante et riche en enseignements que j’ai vécu il y a quelques année, vous allez voir ou je veux en venir.

J’avais un pote à l’ancienneté ( lycée+soirées par ci par là ) qui venait de se marier une petite brésilienne, et qui revenait sur Paris prendre un appart avant d’enchainer le taf. Il fait donc une pendaison de crémaillère sous l’appelation " soirée brésil " et avec deux potos de longues dates, dont un avec qui j’étais en coloc, on se booke pour y aller. Comme on est un peu dans nos délires, on a cru qu’il s’agissait d’une soirée THEME brésilien, un peu décalé et on décide naturellement de se lâcher et de taper un dress code bien bourrin, en mode pouffe/travelo brésilien, le gros cliché.

On se prends des collants, des petits hauts délires, des boules en polystyrène, perruques de pétasse, un peu de fond de teint, etc. On essaye tout ça chez moi, on prends des photos, on délire, puis on remballe ca dans un bagage et on fonces à la soirée dans le 15eme. D’après mes souvenirs on arrive là bas en tenue classique, on bisouille le collègue et sa petite femme, et on lui demande tout sourire un coin ou on peut se changer. Il se marre sans trop comprendre et nous indique un petit dressing ; il n’y a encore personne sur place ou presque, et nous toujours dans notre trip soirée déguisée, on se dépêche d’enfiler notre attirail en se demandant si ça va le faire, si c’est pas un peu évident comme déguisement etc. Mais vite fait ; on est entre nous, on se marre.

Puis on sort avec nos fringues de travelo et on revient dans le hall.

Et là, la gaffe… Tout le monde en tenue de ville, classique, plutot sombre d’ailleurs… Certaines nanas en robe… A la parisienne. Beaucoup d’étrangers et d’étrangères, mais AUCUN putain de déguisement. Je me souviens être arrivé le premier face à un groupe d’une petite trentaine de personnes. Et là évidemment, petit moment de battement. Tout le monde me regarde, mi-interloqué, mi-souriant, et j’appelle les collègues en me marrant, un poil gêné quand même. Les deux autres me rejoignent en mode pouffe brésilenne. Là bien sur j’ai du lacher un truc du genre " je crois qu’on a pas bien pigé les gars, au secours etc." Les deux autres me rejoignent, là on se marre à trois, et le groupe nous regarde, toujours mi halluciné - mi rigolard. On a vite pigé que c’était des brésiliens/italiens/mexicains etc mais mais pas le thème du truc.

Mais évidemment, on allait pas rebrousser chemin, donc on y va ; " Bonjour, moi c’est untel, comment allez vous " et bien sûr les gars et les demoiselles se marrent, commencent à taper des compliments " bravo belle meuf " etc. On étais un peu le cadeau de la soirée, et la glace a été brisée instantanément. Soirée mémorable, et concernant notre affaire ; beaucoup de nanas super ouvertes, rires, bisous, un max de tickets. Ca aurait été parfait sans un italien qui me papouillait un peu avec deux trois verres dans le nez, mais niveau ouverture et préliminaires c’est un vrai BOULEVARD. Le genre de boulevard pas évident dans des soirées par nature très conventionnelles ou on mets un temps fou à faire des petits groupes de discussions, dans l’espoir d’approcher la meuf qu’on a scanné en arrivant, et qui certainement nous a scanné aussi…

Quelques années plus tard, et en phase de reconquête par la bitte, je recrache mon feedback de tout ça pourquoi ? Parce qu’à mon avis, se lacher, s’inventer un personnage et le tenir jusqu’au bout avec légereté dans un contexte bien coincé, ca aide et pas qu’un peu. A l’époque sexuellement c’était plutôt le brouillard, donc j’ai pas fait grand chose de mes tickets, mais dans un contexte de prise en main plus sérieux c’est idéal comme démarche.

Alors évidemment, pas n’importe comment ; pour ma part les soirées déguisées ou tout le monde joue l’épate, avec obligation d’arriver avec ceci ou cela ça me gonfle. C’est des conventions bis, même si c’est rigolo de jouer un personnage je suis moins partant quand c’est pour obéir à une injonction de groupe.

Mais déclencher la surprise avec un dress code toalement osé et fun, là ca le fait. Bien sûr la config’ qui m’a aidé c’était d’être avec deux camarades ; vous le savez tous l’union fait la force. Si j’avais déboulé tout seul avec ma tenue de connasse j’aurais surement été vu mais plutot marginalisé : " c’est le gars qui a pas pigé, il nous prends pour des cons, c’est bon on a vu, pourquoi il ne retourne pas se changer etc." Mais avec deux gars que je connaissait bien, dont un maqué jusqu’aux sourcils avec deux gosses, et l’autre plutot réservé, là je tire mon épingle du jeu facilement.

Les dress codes un peu inventifs, délirants, qui nous subliment, peu importe lesquels mais ca casse les habitudes des groupes qui y ont droit et ça ouvre le passage. Pas forcément en travelo bien sur, mais allons y ; si on commence à aiguiser nos perspectives et analyser la sociologie qui nous entoure, c’est jouable. Bien sûr en planifiant le truc a dessein c’est moins spontané, mais et alors ? ce qui compte c’est qu’émotionnellement ca dégage les réticences parce que ca dégage les CONVENTIONS.

Petite note à destination de mes frangins ruraux ou en petite ville ; j’ai conscience que je parle d’une sociologie de parisien, et qu’ici à Babylone ( pardon : Paris ) il y a plus d’occasions de mettre en place ce genre d’“opération” en groupe, mais je pense que c’est jouable aussi ailleurs.

Voilà, chantier à mettre en place à mon avis !

Bon mojo à tous

T.

Histoire intéressante :slight_smile:
Là çà passe parce que vous avez pu faire une action décalée,
MAIS
sans non plus passer pour des fous.
En fait, vous vous êtes créé une “excuse” de bonne foie, pour vous démarquer.

Donc c’est assez technique en fait.

Çà c’est fait de manière chanceuse.
Mais c’est sans doute un peu complexe à reproduire en mode conscient et volontaire.

Ou alors faut faire comme moi, et avoir un justification pour être “décalé en soirée”.
Par exemple, moi, j’étais payé pour faire de l’animation. C’était mon taf.
Donc évidemment là aussi c’est un boulevard.

Ça semble se jouer à pile ou face, je m’explique.

  • Soit tu tombes sur des gens ouverts, qui vont préférer rigoler, s’intérésser au personnage, peut-être même commencer un jeu de rôle (qui peut très vite mener au lit).

  • Soit tu tombes sur des gens plutôt fermés d’esprit (ou juste des cons mdr), dans quel cas ils vont peut-être te rejeter pour ta fantaisie, te dire que c’est pas “normal”…bref, des gens chiants.

DONC, j’en tire en conclusion, que tant que le déguisement est employé en temps exceptionnel, il peut devenir un révélateur social.

Tu tombes sur des bons, enchanté.
Tu tombes sur des cons, dégagez. :wink: