Expatriation Guyane

C’est une question qui m’est passé par la tête. On s’imagine tout de suite dans un pays du tiers monde, et pourtant ça fait partie de la France, le salaire moyen semble élevé.
Mais on entend jamais parler de ce territoire.

Quelqu’un à des infos à ce sujet?
Le pour le contre? La qualité de vie? Le travail? Les nanas?

Car après tout, on est en Amérique latine. Je kiff les latinas moi :slight_smile:

2 J'aimes

J’vais me renseigner parce que ça m’intéresse grave je pensais que ça existait ! :sweat_smile:

@Rufio_G2 De ce que j’ai pu voir vite fait les taxes la bas serait de moins de 15%

On m’en a parlé (sur le plan tourisme encore). Seulement la côte est habitable, seulement la bande littorale. le reste du pays est occupé par la fôret amazonienne (pas de routes, accés uniquement via petites embarcations ou accés aérien).

Les femmes sont plutôt typées africaines (mais les latinas ne sont pas loin…).

histoire du pays (récit national / offre touristique) construite principalement autour de l’esclavagisme (et les bâtiments des anciens bagnes), tradition orale qui commence à refaire surface aussi.

dernières polémiques territoriales : plages dévastées par une algue (noire) dont le nom m’échappe / et implantation contestée d’un groupe pétrolier (exploitation) au sein de la forêt.

Ceci-dit ça reste une destination interessante aussi je trouve. Loin de l’Europe par contre.

Je me pose la question car l’expatriation est sujet dont on entend de plus en plus parler, alors qu’il possède un gros problème pour nous occidentaux.
Les pays dont on parle, à savoir Europe de l’Est, Asie du sud-est, ou Amérique Latine sont des pays ou le salaire est misérable.
Et on sait très bien que s’expatrier à un intérêt pour nous que si on peut grater des échelons dans l’echelle sociale par rapport à la France. S’expatrier en Europe de l’Est et faire plombier, ça n’a aucun sens.
Et Tout ceux qui ventent l’expatriation savent bien qu’il n’y à qu’assez peu d’option en réalité: le e-business (ou travailler de son ordi), youtubeur qui vit de dont tipee, ou rentier immobilier… à quelques exceptions près.

Je rentre pas dans ces cases. Et apprendre le e-business j’ai essayé. Je suis pas sûr qu’1 % arrivent à en vivre, et il faut déjà que ça te passionne pour s’acharner.

2 J'aimes

comme quoi, au-delà des arguments qui se tiennent, le déclencheur de l’expatriation tient surement avant tout au « ras-le-bol » ; de son taf ou de la forme qu 'a son taf, du lieu où on vit, éventuellement du pays entier pour les plus déchaînés (dont la fiscalité).

Le degré inférieur au ras-le-bol c’est la lassitude mais le déclencheur c’est le ras-le-bol, qui contrecarrera l’argumentaire en soi.

Ou encore sans entrer dans ses ''motivations négatives" , les motifs de départ peuvent être l’impression d’avoir fait le tour, ou d’avoir accompli ce que l’on avait à faire ici ou là. L’envie de neuf. Globalement c’est l’envie de partir qui faisande depuis un moment qui finira par déclencher la motivation de départ, à un moment ou à un autre.

A mon avis, l’économie des pays de l’Ouest va connaître une récession bien palpable cette fois. Le cas particulier de la France, ce sont ses tensions sociales encore sous-jacentes, qui vont éclater au grand jour avec cette récession…future actualité, fictive ou pas, qui peut être un autre motif de départ.

A mon avis, le pays d’expatriation doit d’abord faire « rêver » (indicateur). Ensuite bien-sûr vient le moment d’être plus terre -à-terre et réaliste (pour s’en sortir financièrement d’abord -il y a toujours une part d’instabilité dans cette situation sauf très bonnes opportunités - et au mieux ensuite, et c’est le but, déployer son projet -donc partir avec un projet-).

On peut avoir une activité dépendante de l’économie du pays et une qui ne l’est pas ou moins. Personne n’est condamné à rester visser en France quel que soit son domaine d’activité. C’est ce que je pense.