Friend Zone, la malédiction

Par confort et par passion, ma sexualité est devenue : 100% putes, 0% conquête, mais j’ai acheté et étudié les formations « trouve ta partenaire » et « stimule son désir » au cas où.

La magie du destin m’a apporté une superbe occasion de tester la seconde.

Mardi 06/08, j’obtiens un rencard chez moi avec une meuf que je connais et qui m’est réapparue via Facebook après 10 ans de sommeil. Une nana de 47 ans (j’en ai 48) un peu fofolle qui me ressemble et qui me plaît.

Branle-bas de combat ! RDV jeudi soir, je suis en vacances et pendant ces deux jours, je prépare le terrain.

Ménage à fond dans presque toute la baraque. Je pourrais lécher le sol et la cuvette les chiottes tellement c’est propre !

Préparation psychologique aussi : revisionnage de « stimule son désir » et mise en place d’une stratégie pour la baiser.

La friend zone ?

« Ne fous pas les pieds là dedans ! »

Ok, je me le rentre bien dans le crâne ; je vais la baiser et ensuite on pourra discuter.

Dans ma chambre, je ne laisse rien au hasard. Pour une baise fluide, je place des capotes à portée de main dans chaque recoin, et une serviette pour m’essuyer la bouche après lui avoir bouffé la chatte jusqu’à épuisement de ma langue.

Je me répète comme un mantra : « je la baise, ensuite on discute ! »

Jeudi après-midi, je prépare ma bite : masturbation consciente en pensant à elle. Je visualise le succès.

19h, elle arrive à l’heure avec un sourire généreux. Elle n’a pas changé et me plaît beaucoup. Embrassade, étreinte prolongée et sincère, aucun stress.

Je lui propose d’aller au jardin pour cueillir quelques tomates apéritif tandis que je termine la préparation de mes lasagnes végétariennes. Et par la fenêtre, je la vois sautiller comme une fée et se rouler dans l’herbe. Elle est heureuse et se sent bien, parfait !

Lorsqu’elle revient avec les tomates et un gros concombre (oh la coquine !), je sors le champagne, on rit et je lui fait parler de ses voyages et de ses plus beaux souvenirs. Bonnes émotions, tout se passe à merveille et le timing est parfait.

À tout prix éviter la friend zone : « La baiser d’abord, discuter ensuite ! »

Pas besoin de se forcer pour passer à l’étape N°2. Je pousse le volume de ma sono 2x550w, faisant trembler les murs et vibrer nos corps sous les basses surpuissantes d’un Dub entraînant.

Nous voilà à danser dans le salon en poussant des cris de joie. Je la prends par la main et la fait tourner comme dans une salsa de dingues en tentant de faire descendre son centre énergétique, et très naturellement, j’essaie de l’embrasser mais sa bouche ne répond pas.

Pourtant, je ne me sens pas en échec. « je vais la baiser ! »

La soirée se poursuit dans une allégresse et une perfection presque indécente. Elle se régale avec mon repas, et quand je vous dis qu’elle se régale, je suis loin du compte : je crois qu’elle a jouit !

Après, on va fumer un joint en regardant un ciel chargé de belles promesses. Je suis heureux d’être là avec elle et j’y crois.

Ensuite on retourne danser.

Danser ? Non pas vraiment ! On ressemble plutôt à deux fous échappés d’un asile, sautant, hurlant, et riant comme des chamanes explorant un monde de joie et d’insouciance.

Allant même jusqu’à se rouler par terre et s’enlacer d’une étreinte passionnée.

C’est le bon moment pour refaire une tentative. Elle m’esquive. Échec !

Friend Zone.

C’est officiel. Comme on plante un drapeau sur un territoire conquis ou un panneau « à vendre » sur une résidence secondaire qu’on regrette d’avoir acheté, je visualise l’affichage sur son front : Friend Zone.

Bon et après ?

On fume un deuxième pétard et on se raconte nos démons intérieurs et les anges gardiens de nos vies, sans artifices.

Comme des amis.

Je suis heureux malgré cet échec. Et puis quoi ? La friend zone, ça peut être bien aussi du moment qu’elle ne me réclame pas de fric !

Moralité : quand on est ami avec une gonzesse, on ne change plus de catégorie, même 10 ans après !

Et puis je continuerai à aller aux putes la conscience tranquille, et ça me plaît bien.

2 J'aimes

Salut @Franck_Z premiere fois que je te croise ici et je vois de part ton discours que nous avons affaire a un averti sur le sujet.
Cependant, rien n est perdu avec cette gourgandine :ok_hand:
Si tu veux vraiment quelle suce ton gourdin j appliquerai ceci :

  • partir dans un choc emotionnel net.
    Vous avez baigne que dans de l emotionnel positif, or la demoiselle ne semble pas avoir mordu (0 conclusion).
    D ou imposer une strategie dite de rupture, tu instaure un environnement positif et quand tu vois qu il est accepte et alimente par la petite, tu brise ce schema !
    Exemple : (heureux)…puis d un coup tu arrete la musique et tu lui partage un evenement, une histoire , … un sentiment (de rejet : refus d embrasser) qui te tourmante.
    N’invente pas sois sincere , tu n es juste pas sincere sur le fait de premediter ton acte mais cela nempeche pas que cela ne doit pas etre un mensonge.
    En fonction des retours de la charmante, si par exemple elle alimente le sujet par effet miroir (transpose ton soucis vers elle) tu as gagne la bataille.
    Tu re-impose un choc emotionel postif dans la foule , elle repond favorablement = tu l a baise sur le champ au coin du feux sur la peau d’ours.

Le choc emotionel.

1 J'aime

Merci @WAR pour l’idée du choc émotionnel, voilà comment je le vois :

  • Super soirée, on rigole, je coupe la musique, je lui annonce une surprise et lui demande de fermer les yeux.
  • Quand elle les ouvre, ma grosse bite bien dure se trouve à quelques centimètre de sa bouche.

Ça devrait marcher non ? :thinking:

1 J'aime

Ça peut te conduire à des soucis judiciaires mec !

Danse avec elle, prend lui les mains, rapproche toi et embrasse la de nouveau.
Si elle esquive de nouveau alors fout la dehors et be lq revoit plus jamais !

1 J'aime

Rajoute une paire de menottes, et du scotch.
Je suis sur à 100% que cela fonctionnera avec ou sans son consentement.

1 J'aime

Merci pour vos conseils les gars, mais je vais faire simple : je lâche l’affaire et je continue à aller aux putes.
Cela dit, si une occasion se présente avec une autre fille, je tente à nouveau la méthode de Jeanma. Je l’ai parfaitement appliqué, mais le problème, c’est que la meuf me connaissait déjà bien.

Putain, un vrai technicien dans toute sa splendeur !

Ton cas actuel :
J’applique => réponse negatif => next.
Résultat = 0 (je n’ai rien appris)
Niveau 0

Mon Cas :
J’applique => réponse negatif => je change/ré-adapte mes comportements (je développe,j’investigue de nouvelles approches)
Résultat = 1 (j’ai développé de nouvelles stratégies, j’ai fais preuve de persévérance = je suis un Homme !)
Niveau 1

Ne soit pas technicien, soit ingénieur !

1 J'aime

La méthode est préconisée pour une fille qu’on vient de rencontrer, ça fait une petite différence avec ce cas précis (je n’étais pas mystérieux pour elle).
Mais tu as sans doute raison @WAR, la crainte de passer pour un lourdingue me fait abandonner trop facilement. D’autant plus, qu’elle vaut la peine de faire un effort.
Je vais réfléchir sérieusement à cette idée de choc émotionnel. Vraiment.
Merci.

1 J'aime

Merci Franck_Z et bravo pour ta soirée, c’était presque le sans faute.
MAIS :
Pourquoi tu n’as pas communiqué au lieu d’abandonner sans rien dire ?

Exemple 1 :
Tu fais ta première tentative -> elle tourne la tête
Tu fais la 2eme tentative -> elle esquive.
Tu coupes la musique, tu lui prends les mains et tu lui parle ! :slight_smile:

On a passé une super soirée, je suis tellement content de t’avoir retrouvé que mes émotions m’emportent… Mais quand j’ai voulu t’embrasser, tu as eu l’air de ne pas en avoir envie.
Est-ce que tu n’es pas attirée par moi comme je le suis par toi ?

Exemple 2 :
Elle t’a esquivée, elle est partie.
Le lendemain, tu l’appelles et tu lui remémores la soirée, puis tu lui dis la même chose que dans l’exemple 1.

Car je ne comprends pas pourquoi tu tournes autour durant 3 heures ?
A un moment donné, il faut y aller franco, non ?

La fille t’aurait peut être répondu :

  • Je suis désolé mais je ne suis pas attirée par toi -> Voila c’est réglé, tu l’oublies, le doute n’est plus permis.
  • Je suis désolé, c’est pas toi, mais tu sentais le vin et j’ai pas pu -> Ok, juste une erreur stratégique que tu ne reproduiras plus ! place au second round !
  • Je suis désolé mais je ne savais pas si c’était une bonne chose à faire -> elle attendait donc de voir ta détermination à l’oeuvre ! et tu ne l’as pas fait. Recommence en version DETER.
  • Ah bon ? Mais j’ai pas vu ! -> Peu importe que cela soit vrai ou non, tu as une seconde chance !
  • C’est compliqué… je ne veux pas briser notre amitié car elle est plus importante que ma blablabla -> réponse : Pourquoi pas, mais cela ne doit pas nous empêcher de nous donner du plaisir si on en ressent le besoin, non ? Laisse moi m’occuper de toi, ma chérie.

Ne jamais abandonner tant que la fille ne t’a pas ouvertement dit non.
Car parfois on peut pas savoir ce qu’il se passe dans la tête de l’autre.
Alors demande lui, c’est le moyen le plus simple.

2 J'aimes

Merci pour tes conseils.
Tu as raison, je n’ai pas assez communiqué.
Pour moi qui n’ai pas tellement l’habitude des relations avec des filles qu’on ne paye pas, tous vos conseils sont précieux.
Je vais réfléchir à une stratégie de conquête, ça me parait jouable.
:ok_hand:

1 J'aime

Sinon tu as pensé au GHB ?

Super idée, merci ! :+1:
Dès que j’ai envie de la niquer, je prends du GHB, et ensuite je vais me coucher. Et si elle est audacieuse, elle profitera de mon état pour me sucer la bite.
Ça peut marcher.

1 J'aime

Méthode cobra kaï : frappe le premier frappe fort sans pitié…
Attention je parle pas de frapper au sens propre et physique du terme !!! Ont est tous des gentlemens.