Humour et schizophrénie

Je suis le… de WARLOVE

20èmes jours. :waning_crescent_moon:

:“20 putains de jours, dois-je subir cette situation encore longtemps ? Il y fait affreusement sombre ici, et la chaleur me donne la nausée”

:“Rêve pauvre con, rêve de gloire et de grandeur, mais sache que tapis dans l’ombre, je reste là, déterminé…”

21èmes jours. :waxing_gibbous_moon:

:"Nom de dieu, cette prison de soie rétrécie de jour en jour.

: “Une nouvelle fois, je suis gonflé à bloc, mais aujourd’hui plus que d’habitude, quelques choses se trame.”

: “Cette nuit, j’entendu des chuchotements, un charabia d’Anglo-Spanish-Francais; peut-il avoir… ? non, reprends-toi, cela n’est qu’illusion”

Lumière jaune feu, brise marine et chant des mouettes.:sun_with_face::cyclone::hatching_chick:

:"Je reconnais cette sensation de liberté, c’est celle du balcon d’été, bien trop rare en hiver. Un moment de plaisir avant de retomber dans mes tourments,

: « Respire bordel, respire !"

Lumière blanche, vidange et dentifrice.:droplet::shower:

: "Il est temps de décuver de la veille :toilet:… De toute cette eau fraîche et pure…,

: “La petite léchouille rose sur le coin de lèvre :roll_of_toilet_paper:, me voilà propre.”

Jet d’eau, savon et spongebob.:shower::soap::sponge:

:“Rah…, quel plaisir cette substance chaude ruisselante sur moi aux odeurs d’amande douce et de noix de coco, cela me rappelle inlassablement ma convoitise charnelle :bride_with_veil:. Le passage répété de spongebob sur mon crâne chauve n’en n’accentue que les effets de puissance et de force.”

Eau d’Antarctique, pot rouge et veines.:ice_cube::lobster:

: "le temps tourne vite par ici, la chaleur suffocante fait place à une fraîcheur horripilante.

: "J’entends son souffle, son rythme cardiaque augmenter en flèche, je me dois de résister à cette tempête glaciale !

: “Comme d’habitude, ce fut court mais intense. Me voilà transformé, en “pot rouge” sous cure de testo, veineux à en recréer un réseau autoroutier”

Été indien, serviette et crème

:"J’ai froid, bordel de merde…j’en tremble comme l’anus d’une teen le jour de son dépucelage anal."

:"Enfin, elle frotte sa douce blancheur sur mon corps encore humide et raide,

:“Comme si cela était suffisant, il passe toujours sa fameuse crème senteur rose juste au-dessus de moi. Cela sent tout de même bon cette connerie !”

Cellule, travail et laborantines:man_office_worker::lab_coat:

:"8 heures dont je subis ses prises de rendez-vous téléphonique, ses discutions de neuro. et de techniques opératoire…

:“Ah…, de temps en temps, je l’ai surpris à tourner de l’œil sur deux trois culs de laborantines dont je me suis empressé de lui rappeler mes intentions charnelles, sans succès”

Téléphone, déjà-vu et porte :iphone:

:“Je discerne depuis ma cellule, une discussion téléphonique, toujours en anglais, mais un anglais bien plus basic que d’ordinaire. Il est parfaitement détendu, et bizarrement, je le deviens de plus en plus. Curieuse sensation de déjà-vu…”

:“Une porte vient de s’ouvrir au bruit métallique caractéristique d’une résidence universitaire, il est tard pourtant, qu’est-ce qu’il fout dans une résidence universitaire à cette heure-là ?”

Rire, caresse et puissance.:speech_balloon: :two_hearts:

:"Son pouls augmente à mesure que l’ascenseur prend en hauteur, la pression artérielle ne manque pas de suivre…

: « étage 1, 100 pulsations, 120 mmHg

: « étage2, 110pulsations, 130 mmHg

: « étage3, 120pulsations, 140 mmHg

: « étage4, 130pulsations, 150 mmHg

: « étage5, 140pulsations, 160 mmHg

: « 6ème étage, rythme stabilisé 150 pulsation, 170 mmHg au compteur…je suis dur comme sculpté en graphène.

:"Une porte vient de s’ouvrir de nouveau, cette fois-ci pas de bruit métallique, mais une douce voix s’en échappe.

: « Rapidement, j’entends le pétillement du champagne :champagne:, le claquement des verres,:clinking_glasses: et des rires. Plus les rires sont forts, plus je deviens de marbre, mais que se passe-t-il ?"

:" Depuis les barreaux de ma cage, quelque chose vient de me survoler. Qu’est-ce donc ?

: « Une silhouette s’approche dangereusement, m’empoigna et commença à me malaxer avec hargne. L’espace devient bien trop étroit, je dois m’échapper !"

Ventilateur, bave et fraise tagada. :sweat_drops: :strawberry:

: "Suis-je libre ? J’aperçois non loin de moi une faible lumière au travers d’un volet. Autour, des murs tapissés blanc, un bureau avec une rose :rose: face à de la ganja, curieux non ? et le souffle frais d’un ventilateur Eco+ (une merde infâme sans conteste), ce satané vent glacial m’empêche de raisonner, mais ou suis-je sacre bleu ?! "

:"Le temps d’un battement de cils, deux lèvres pulpeuses rouge fraise m’effleurent. En ni une ni deux, je me retrouve plongé dans des abysses baveux au goût tagada.

: “L’alternance répétée d’ombre lumière, de fraise tagada chaude au ventilateur frais me fait perdre littéralement la notion du temps.”

:“Des dents me mordillent tandis qu’elle rit, je n’en deviens que plus dure !” :tooth:

Viking, saumons et nirvana :100:

:“Tunique de viking enfilée, je m’approche enfin du valhalla tant convoité. Je m’en fonce donc tel “Leif Ericson” dans un garden fraîchement coupé et ensoleillé du Portugal”

:"Je suis au firmament de ma forme.:volcano:

: « Température ok,

: « Taux d’humidité ok,

: « Il est temps de percer une brèche au gouffre de helm!"

:"45 minutes, à enchaîner et varier absolument tous les angles, les rythmes,… Je commence sévèrement à subir la situation, il est temps pour moi de plier bagage "

:“Retour à la lumière, on m’enlève ma tunique de fier combattant, et je me retrouve face à une déesse, sa poitrine bombée et ses yeux lumières figés sur moi”

:"J’admire une œuvre d’art composée d’une déesse au regard de lumière à genou au pied de son guerrier de retour de mission ; celle-ci attendant patiemment sa pitance »

:"Au signal déchaîne les enfers, ce que je fis sans confession. Ses seins faisant office de barrage naturel à mon fleuve d’enfant sacrifié sur l’hotel de la jouissance.

:“Tel des saumons, ils remontèrent le courant en se faufilant à travers ses seins pour finir dans une piscine au creux de ses mains”

:“la vision de cette déesse aux yeux de lumière et cheveux soleil, à genou, mains en aumône sous sa poitrine bombée remplie d’enfants, c’est donc ça, … c’est donc l’eldorado” :pray:

Menthe, cellule et espoir :angel::fairy:

:“Un rafraîchissement savonneux à la menthe, une eau chaude, et me voici cajolé par ma douce prison de soie dans l’espoir de revivre cela…”

Amicalement WARLOVE:love_you_gesture:

2 J'aimes