La peur de l'échec

Après plusieurs mois de DBL, beaucoup de frérots ont commencé à monter leur propre business afin de devenir libre financièrement et je suis sûr que tous ces frérots songent tous les jours à l’échec. Que se passera-t-il si ça ne marche pas ? Est-ce que je vais supporter un échec, ai-je les épaules pour ?

Dans cette vidéo, le fondateur de Meetic nous raconte comme il a crée ses premières boites, comment il les a revendus, comment il a eu plus de trente millions d’euros de dettes avant de pouvoir enfin sortir la tête de l’eau, et d’être aujourd’hui un entrepreneur à succès. Vidéo très intéressante, je vous recommande de la mettre en vitesse 1,5 pour économiser votre temps.

La vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=tdMuy4FIZd4

1 J'aime

Les gars, dites vous bien que dans le pire des cas, même si vous perdez tout, vous n’aurez qu’à travailler 2 ou 3 mois en intérim pour gagner quelques centaines d’euros (une fois les dépenses obligatoires effectuées) et repartir sur un autre business. Si vous êtes pas totalement cons, vous ne pouvez pas vous retrouver à la rue !

4 J'aimes

Le prix de l’inaction est toujours plus élevé que celui de l’échec.

Quand tu te dis « faudrait que je fasse ça » mais que tu passes pas à l’action, ça te pèse plus moralement que si tu te dis « ça a foiré, mais au moins j’ai essayé ».

C’est logique, mais il faut le comprendre.

1 J'aime

Retour d’expérience très intéressant, j’ai regardé du début à la fin. le mec transpire de vécu dans son domaine et en parle vraiment bien et les sommes d’argent avec lesquelles « il joue » c’est impressionnant

1 J'aime

Personnellement je me dis que des échecs à court terme sont possibles. Mais par contre que mon échec à long terme est inenvisageable. Je préfère crever plutôt que de ne pas atteindre ma vision finale. C’est violent mais au moins c’est puissant.

Donc ne pas focaliser sur les échecs à court terme. Garder en tête la vision finale quand ces échecs arrivent.

Tous les jours faut savoir précisément pourquoi on se casse le cul à taffer comme des fous. Dans mon cas c’est avoir suffisamment d’argent pour faire ce que je veux, quand je veux et où je veux. Et évidemment, pouvoir faire un fuck aux gens qui me casse les couilles sans risquer des répercussions négatives. En gros la liberté quoi ^^.

Tout ça pour dire : travaillez sur votre vision à long terme les gars. C’est le plus important.

3 J'aimes

Ça me rappelle un témoignage de The Rock, qui disait un truc du style: quand je suis arrivé à Los Angeles, je n’avais que quelques dollars en poche, mais je savais que ma situation ne durerait pas indéfiniment.

1 J'aime