La vie en Russie

Après avoir proposé à des frérots de leur apprendre le russe (ici: Je vais vous enseigner le russe), beaucoup d’entre eux m’ont posé des questions sur la vie en Russie. J’ai vécu un an en Sibérie, dans la ville de Barnaul, pour finir ma licence de langues étrangères appliquées.

Je ne pourrais pas tout dire en une seule fois, c’est pourquoi je ferai plusieurs parties. J’ai choisi de parler d’un sujet dans chaque post.

Quelques précisions: La région dont je vais vous parler (le Krai de l’Altaï) est l’une des régions les plus pauvres et les moins développés de Russie, elle ne saurait représenter Moscou, Saint-Petersbourg, Sotchi…

#1 Les femmes russes

On va commencer directement avec du lourd.

Accrochez-vous bien, car tout ce que je vais vous dire est la stricte vérité. Etre Français à Moscou ou à St-Petersourg, c’est bien, mais ce n’est pas si exceptionnel. Etre Français en Sibérie ou même dans une grande ville (du type Novossibirsk avec son million d’habitants), c’est tout une aventure. Les Russes sont très curieux et n’ont pas peur de venir au contact. Le plus souvent maladroitement, mais peut-on leur en vouloir?

Les femmes ont ce cliché de l’homme romantique, du Parisien avec sa baguette et son béret (Dieu merci, elles n’ont jamais entendu parler de porte de la Chapelle…). Et les hommes russes sont peu romantiques, c’est normal qu’elles cherchent du changement.

Mais je ne vais pas vous mentir, les Russes cherchent la thune et un moyen de se barrer de là. Je ne saurais donné un pourcentage, mais un nombre important de fille cherche en fait un passeport. J’ai des amis et des connaissances qui se sont fait couillonnés comme ça. Ce n’est pas la majorité des filles, mais il y en a. Si vous connaissez deux ou trois astuces, vous ne vous ferez pas baiser.

Les filles russes peuvent être très vénales.

Mais ça ce n’est pas un problème parce qu’il y a la contrepartie derrière: tu assures le pain, elle assure l’entretien de la maison et le sexe. En fait, on revient aux relations hommes-femmes des années 60.

Si tu cherches ce genre de relation, tu sais dans quel pays vivre. J’ai vécu avec des filles comme ça, mais j’avoue que des fois c’est vraiment casse couilles; plus une fille est belle, plus elle est conne. Conne à des niveaux stratosphériques… Pire que ça, tu la ramènes au resto, tu lui payes tout… Certes, à la fin elle va prendre tarif, mais pendant tout le repas, elle ne va pas parler ou elle va passer la soirée à prendre des selfies pour Instagram.

Si tu recherche du sérieux, dis-lui directement que tu ne compte plus retourner en France, que tu veux vivre en Russie. Que ça soit vrai ou faux, la couleur est annoncée. Si elle se casse, tant mieux. Si elle reste, ça veut dire qu’elle te fréquente pour ta personnalité (et pour l’argent) mais qu’elle ne compte pas te la faire à l’envers pour un passeport.

Si tu ne recherches que des plans culs, tu n’as que peu de choses à faire. Te comporter comme un mec décent (ce qui n’est pas compliqué) et payer les verres, la bouffe, les taxis (et tu vas en prendre beaucoup des taxis).

Plus tu parleras bien russe, plus tu prendras de l’ascendant sur elle.

Dans tous les cas, les filles russes aiment les hommes qui sont des hommes, c’est à dire forts, entreprenants, qui prennent les décisions (y’a un proverbe russe qui dit: quand l’homme dit, la femme fait).

Mais attention, là-bas, les femmes sont des vraies femmes, et elles savent comment manipuler un homme! Dès que ce dernier tombe amoureux, la femme sait le manipuler et le tenir sous sa coupe. Comme nous a si sagement appris mon prof de russe: Méfiez-vous des femmes russes!

Repensez toujours à cette phrase dans le Parrain: « En Sicile, les femmes sont plus dangereuses que nos fusils. » C’est le même principe en Russie.

Il y a une chose que tu dois IMPÉRATIVEMENT faire si tu veux rendre folle de désir n’importe quelle fille.

Tu dois lui faire des cunnis.

Je rigole pas frérot. Les hommes russes ne le font quasiment jamais, c’est pas dans leur culture. Alors si toi tu le fais, tu vas leur faire découvrir un truc qu’elles n’ont presque jamais pratiqué (et c’est pour ça que beaucoup de filles russes sont bisexuelles).

Comme je vais retourner en Russie durablement, je vais checker les formations du frérot @Jeanma. Le niveau de domination que je vais acquérir justifie à lui seul les formations.

Pour finir, on m’a demandé si les filles étaient attirés par les hommes typés arabes, bronzés, bridés. Dans la ville, il y avait des étudiants Egyptiens, Irakiens, des Ivoriens, des Tchadiens. A chaque fois qu’on allait en boîte, des dizaines de meufs s’asseyaient à leur table pour les draguer. Que tu sois noir, blanc, jaune, arabe, tout le monde à ses chances (ont dirait une affiche de propagande pour le métissage).

Pour pas trouver son bonheur en Russie, il faut vraiment le fait exprès!

Motivé pour apprendre le russe? Envoie-moi ton mail en MP.

12 J'aimes

Merci frérot !

Autant je déteste ce type, mais là je dois avouer que son article reflète la réalité. Sortir avec une Russe peut s’avérer dangereux, mais quand tu trouves la bonne, elle peut embellir ta vie comme personne d’autre…

Génial @Massiva_G1, super enrichissant :+1::+1:

Pour ma part je trouve moults jeunes femmes russes très charmantes, mais en vieillissant j’ai l’impression que ça devient une catastrophe :scream:

Qu’en penses-tu ?

Concernant leur mentalité les quelques connaissances autour de moi en couple avec ces nanas se sont fait enculer jusqu’à la moelle, tout en finesse : tous mariés, toutes parfaites, un ou des gosses, puis TOUS se sont fait pigeonner :ok_hand: :dollar: :euro: (100%).

Pour moi femmes de l’est = escorts. Je n’ai aucune confiance en elles, elles sont trop douées pour retourner le cerveau des hommes, les manipuler même durant des années (j’ai vu des trucs hallucinants) afin d’en tirer le maximum de confort le plus longtemps possible pour ensuite les jeter comme de sombres merdes … :airplane:

Hormis lors de tarifications à l’heure j’évite ces femmes autant qu’un bridé qui arrive à l’aéroport depuis Wuhan :mask: :scream:

3 J'aimes

Merci !

J’ai rencontré beaucoup de femmes russes entre 30 et 45 ans, et dans les bars elles sont complètement déchirées, elles foutent n’importe quoi et ne se respectent pas. J’ai aussi l’impression qu’elles deviennent dépressives avec l’âge. Pour l’exemple, j’étais au fumoir d’un karaoké, une femme de 40 ans prend place fumer, et d’un coup elle éclate en sanglots et elle dit : Gorbatchev nous a baisé. C’était drôle sur le coup mais oui ça confirme ce que tu dis sur la vieillesse des russes.

Je suis encore jeune (22ans), donc je profite du bon côté des femmes russes. Sans me vanter, elles étaient dociles avec moi; elles comprenaient vite que j’étais pas un clown qui allait leur payer des verres pour les voir se faire baiser par un autre. J’étais totalement polygame à cette époque, et chacune de mes copines l’acceptaient; elles savaient que j’étais leur meilleur coup et qu’elles étaient toutes potentiellement sur la sellette.

Mais effectivement: Prudence maximale avec les femmes russes!

1 J'aime

Topic intéressant.
J’habite avec une bulgare.
Je ne ferai pas de généralités, je partage juste mon expérience perso.

Oui, elle est sans nul doute plus sensible que la plupart des Françaises aux belles choses et aux beaux endroits.
Mais elle est bien plus reconnaissante aussi…

Est ce qu’elle me larguerai si je perdais mon job, sans doute, mais je ne suis pas convaincu que cela soit différent avec une française.

Mais surtout elle est beaucoup moins névrosée et casse couille que toutes mes ex Françaises, elle fait la cuisine, elle est très jolie, sexuellement au top (et j’ai un niveau d’exigence très élèvé dans ce domaine…)
Le féminisme, elle sait même pas ce que c’est et buggait totalement l’autre soir quand la copine de mon frère commençait à parler de privilèges masculins…

4 J'aimes

Merci pour ton partage.

J’avais oublié de mentionner qu’en effet, les femmes russes sont moins névrosées et ne vont jamais te parler du privilège masculin et tu privilège blanc.

Il existe cependant des féministes en Russie qui sont des pâles copies des occidentales, mais seulement dans les très grandes villes et ça reste une minorité.

Plein de bonheur avec ta femme.

Chouette partage. Pour ma part, j’ai été à St Petersbourg avec pas mal d’a priori étant métis, mais l’amour de la culture l’a emporté et j’y suis parti il y a trois ans.
Et bien quelle surprise, les stéréotypes du russe rascar sont tombé même pas une heure après mon arrivée, quand un couple de jeune m’ont invité à une soirée chez eux ! Pour la suite, tout ses extrêmement bien passés, je dirais même que les russes ont été très attentionnés. Magnifique expérience, magnifique ville.

2 J'aimes

2 Les hommes russes

Après avoir parlé des femmes, il convient de parler des hommes russes.

Parler d’homme russe dans un pays aussi vaste, multiculturel, multiconfessionnel, multiethnique est, je le conçois assez maladroit. Un Moscovite citadin européanisé n’aura que peu de rapport avec le Russe des autres villes.

Mais tout de même, il est possible de trouver chez le Russe des traits de caractères, une mentalité partagés. Par homme russe, j’entends le slave, je ne parlerai pas des Tchétchènes, des Bouriates ou des Tatars, que j’ai très peu rencontré durant mes séjours en Russie.

Le Russe attache une grande importance à la virilité. Contrairement à l’Européen moderne, le Russe ne rechignera pas à se retrousser les manches et à se noircir les pattes pour réparer sa bagnole, pour aider un autre Russe en difficulté ou pour se battre et protéger ses amis.

Les Russes savent se battre. j’ai vu plusieurs bagarres là-bas; les coups étaient précis, rapides et faisaient des dégâts.

J’ai remarqué une chose intéressante. Les Russes sont à la fois traumatisés par la Seconde Guerre Mondiale et fières d’elle pour la même raison: ils ont perdu 20 millions d’hommes en quatre ans. C’est un énorme choc, mais c’est une fierté de se dire que les Russes ne se sont pas rendus et qu’ils ont combattu jusqu’à la mort. Nous, Français, ne pouvons pas en dire autant.

A quasiment chaque soirée, un Russe bourré n’hésitait pas à nous rappeler que la France s’était rendue tandis que la Russie avait résisté. C’est d’ailleurs ce qui les pousse à croire les Français faibles (j’en parlerai dans la partie « comment les Russes voient les Français ».

Il arrivait en conséquence souvent que des Russes me proposaient que l’on se batte en soirée. Pour eux, une bonne castagne est signe d’honneur et c’est une bonne chose en général, ça devient chiant quand ça arrive trop souvent.

Si tu souhaites t’expatrier en Russie, et spécialement dans une ville non européanisée, il va falloir avoir le cuire dur; on cherchera toujours à te tester. Une fois que l’on sait comment répondre, on se fera respecter et personne ne viendra vous chercher.

Voici ce qu’il faut faire. Il ne faut pas se laisser impressionner. Rester impassible quand un mec cherchera à te provoquer et surtout toujours le regarder dans les yeux. Il te cherchera toujours devant ses amis et devant les tiens, pour se prouver devant tout le monde. Si tu fais le bonhomme et lui fais comprendre que tu n’as pas peur, il ne se passera rien, ses amis lui diront d’arrêter parce qu’ils comprendront que tu n’es pas une petite bite qu’on peut mettre à l’amende. Au final, ils t’inviteront à boire des shots de vodka.

Tu l’auras compris, le Russe moyen est assez rude. Pour gagner son respect et son amitié, tu dois simplement lui montrer que tu ne te laisseras pas faire; les Russes (hommes et femmes) savent valoriser le courage et la virilité. Nul besoin d’être un bourrin: montre que tu es capable d’assumer et tu auras tout gagné.

Je ne me suis battu qu’une seule fois en Russie. On mangeait avec un ami au subway à 6h après être allé au club de strip-tease et un mec était assis à côté, complètement bourré. Il avait mon âge mais c’était un sacré colosse. Il commence à me parler de loin mais je ne comprenais absolument pas ce qu’il me disait (quasi impossible de comprendre un Russe bourré). Je l’ignore et il commence à s’énerver, il se lève et veut me péter la gueule. Je pose mes lunettes, je me lève et lui balance une gauche et une droite dans la gueule et il s’effondre par terre. Heureusement qu’il était bourré; autrement il m’aurait surement arraché la tête vu sa carrure. Il se relève et mon pote le saisit par derrière pour l’immobiliser. Il le relâche et il lui propose de s’asseoir avec nous, le mec accepte, et on finit par discuter ensemble.

Les Russes sont patriotes, voire nationalistes, mais assez ouverts. Il y aura bien sûr des racistes des fermés d’esprit; il ne faut pas leur donner de l’importance.

Tous les Russes ne sont pas aussi durs, de plus en plus d’entre eux ne recherchent pas le conflit et sont plus tranquilles.

En général, les Russes sont de bons gars, simples qui te parleront de trucs simples, de leur traquas du quotidien.

4 J'aimes

#3 De retour en Russie

Mes futurs élèves le savent, je suis enfin arrivé en Russie.

Je voulais simplement rebondir sur un truc que Jean-Marie avait dit durant une ou de ses vidéos: le français vaut de l’or à l’étranger.

La preuve en quelques exemples. Je suis allé me faire une Carte sim, et le mec ne comprenait pas ce qui était écrit sur mon portable. Je lui dis « désolé, il est en français ». A peine le mot « français prononcé », une 8/10 se retournent vers moi et me fais un grand sourire.

Quand je parle en français au téléphone dans la rue ou à l’hôtel, même schéma: les filles sont de suite attirées.

Enfin, j’ai mis Tinder uniquement pour voir le succès que je pouvais avoir auprès de la gente féminine avec deux photos et une description claquée. En deux ou trois heures, j’ai déjà 24 likes (alors que j’avais el famoso bug tinder en France…). Tout ça en seulement un jour.

Je parle de Russie parce que je connais bien ce pays, mais presque partout, le français vaut de l’or. Et évidemment, le prestige français ne se limite pas à la séduction. En tant que français, on est tout de suite considéré comme spécialiste dans le domaine où l’on évolue…

L’expatriation est la solution.

6 J'aimes

Merci pour ce retour, ça me donne envie perso :slight_smile:

1 J'aime

Merci pour toutes tes précieuses informations frérot !

1 J'aime

Très propre le marketing ahaha

Putain, j’ai encore plus envie de partir maintenant ahaha.

Encore 5 mois à ronger mon frein.

Hâte de bosser le russe avec toi :wink:

1 J'aime

#4 Le métro de Moscou, le comportement des Russes dans la rue

Les joies du métro Parisien… La gare de Lyon qui pue la pisse, Châtelet et ses JEUNES, porte de la Chapelle et ses dangers… Tout ça, c’est finit pour moi. Le métro russe a toujours eu la réputation d’être propre et beau.

Tous ceux qui l’ont visité l’ont comparé à un musée… A Paris, il faut attendre les stations touristiques comme Le Louvre, Les Tuileries, Concorde pour avoir des stations dignes de ce nom. A Moscou, la pire des stations ressemble à une station moyenne parisienne.

Pas de clochards qui pissent par terre, pas de pick pockets, pas d’agressions, pas de cris venus des Enfers. Oui, les Russes sont pressés et n’hésitent pas à jouer des coudes pour avoir une place; c’est une bonne occasion pour apprendre à ne pas se laisser faire.

J’ai également remarqué à nouveau que les rues sont assez calmes, les gens ne crient pas; ils savent rigoler entre eux, parler entre eux sans emmerder les gens qui ont le malheur de se trouver dans leurs parages.

Quand je repense au bruit que font les petites pisseuses et les JEUNES dans n’importe quel coin de Paris, ça me donne la chiasse…

8 J'aimes

J’y pense, on m’a parlé d’un auteur russe et de sa trilogie décrivant le métro de Moscou (et d’une vision futuriste du monde) : Dmitri Glukhovski, Métro 2033, Métro 2034, Métro 2035 / " Science-fiction_post-apocalyptique à laquelle se mêlent des éléments de science-fiction et de fantastique".

2 J'aimes

Exact ! Je ne les ai pas lu mais il y avait une adaptation en jeux vidéos sur la PS3, le métro et la ville de Moscou étaient assez fidèlement représentés :wink:

D’ailleurs j’ai oublié de le préciser: il n’y aucune pub dans le métro de Moscou. Aucune pollution visuelle, contrairement à Paris où il est impossible de faire deux pas sans trouver une pub pour Sex Education ou une connerie dans le genre…

1 J'aime

Tu m’étonne,

Hier, s’était ma dernière soirée sur Paris avant de renter en Bretagne.
Les pubs étaient a la limite de la pornographie, elles juraient avec le reste de la ville…
Dommage, j’aurais tellement aimé monter a mes fils ce que notre civilisation a construit au fil des siècles…

A ce sujet, je serais curieux de savoir comment ce passe l’éducation des enfants en Russie, leurs système scolaire… ex…
Enfin… si tu peux et si tu as la patience d’en parler évidement…
J’te r’merci d’avance.

(bien que je n’ai pas pour projet d’aller vivre en Russie pour le moment, a force de vous lire, je pense qu’un p’tit voyage s’impose)

Si tu es intéressé, je pense que j’en parlerais dans les podcasts culture du programme d’apprentissage de la langue :wink:

1 J'aime