Logistique de merde : que faire ?

J’ai une logistique de merde actuellement: je vis avec ma mère, j’habite loin du centre ville…
Bref une loose totale.

Je pense en investisseur, et je voulais si tu avais des stratégies pour maximiser le temps où je sors.

J’ai appliqué ce que j’ai appris en business:

  • j’ai ma cible clientèle (femmes entre 30-45 ans généralement divorcés ou sans enfants),
  • les lieux (je suis dans le développement personnel et c’est rempli de gonzesses)
  • et dans la position sociale, je suis pas le formateur mais je sais me faire remarquer.

Là encore tes conseils de mentor sexuel sont avisés

Merci d’avance Sex Mentor
:wink:

Je comprend ta situation, ta cible, ton lieux, et tes positions sociales.
Mais quelle est la question ?

Ok je viens de comprendre !

Je viens de me prendre une petite claque dans le gueule, je viens de m’apercevoir que je fais de la pleurniche !

Je me remets au boulot, coach
:wink:

Mais du coup ton problème concerne quoi ? Optimiser ton temps de travail et ton temps de sortis ? Optimiser le moyen de trouver ta partenaire ?
Ta peut être pas fait ta pleureuse mais c’est pas explicite au final qu’ entends tu par “que faire ?”

Ca m’intéresserait également d’avoir des retours et vos témoignages car c’est cette vidéo qui me concernerait de prime abord avant les autres.
Merci d’avance

Pascal les réponses à ta question se trouvent dans ta question.

Tu vis chez ta mère loin du centre ville ? La solution : prends ton indépendance dans le centre ville de ton choix.

Avant de me répondre que ton budget bloque je te conseille de mettre en place des actions pour gagner suffisamment d’argent afin d’accomplir cela. Une collocation peut t’aider dans un premier temps si tu es dans une ville chère.

C’est probablement directif mais les réponses les plus simples sont souvent les meilleures.

C’est vrai que même moi, quand je vivais chez mes parents, je galérais grave. Soyons lucide.
Y a Folker de mémoire qui a des techniques sur le sujet, du genre “comment baiser quand on vit chez ses parents”