Performances et confiances

Salut
Question:
Pensez-vous que la confiance en ses capacités sexuelles soit un facteur déterminant du charisme, de la confiance en soi en général, et même son humeur?
C’est une question orientée, mais c’est mon intuition. Je dirais même que ca semble évident, mais les pseudo psycoach, en parlent jamais dans le sens là.

D’autant qu’on vit dans une société gauchisante où le sexe à pris le dessus dans les rapports hommes femmes.

Vos feelings?

PS: je conviens qu’on à souvent tendance à mettre en avant ce qui nous fait défaut où ce qui nous à fait défaut comme la clé indispensable pour tous. lol.

Le charisme tu nais avec, soit tu en as soit tu n’en as pas.

Faux. Ça s’aquiert.
Évidemment que certaines personnes ont naturellement une « aura » comme on dit, mais n’importe qui peut être charismatique, ça passe principalement par l’autosuggestion.

1 J'aime

Totalement. Quand tu sais que tu assures au pieu, quand tu as une vie sexuelle riche, intense et épanouie tu es forcément un homme heureux donc charismatique et confiant !

Faux, ça se travaille et s’acquier au fil de la vie, des experiences. Quelqu’un qui n’a rien fait de grand, de concret, n’aura qu’un charisme d’illusion et de façade. Il sera un escroc du charisme et il ne leurera personne longtemps (hormis quelques abrutis).

5 J'aimes

A la fin de l’adolescence j’ai eu une copine qui était une peine à jouir, malgré de nombreux efforts, j’ai eu beaucoup de mal à la décoincer alors que c’était une de mes premières expériences, et ça à un peu affecté ma confiance en moi.
Heureusement, je suis tombé sur une fille plus expérimentée plus tard, qui connaissait mieux son corps (du moins, son clito), et la faire jouir a été un véritable soulagement !
Aujourd’hui, me sachant fort des techniques cordiasiennes, j’aborde beaucoup plus sereinement mes interactions avec les femmes, je les regarde dans les yeux et je sais que je suis capable d’en faire crier pas mal dans de belles positions.

Donc oui, je pense que tu es beaucoup plus serein quand tu es convaincu de savoir t’y prendre. (Et je ne parle même pas de la confiance en son érection, qui pour moi est liée directement à la confiance en soi)

1 J'aime

Oui, evidemment à un moment donné, il y a forcément une forme de cercle vertueux qui se met en place. Mais qui peut devenir un cercle vicieux si un élément fait défaut.

Pour ma part, je pars d’assez loin. J’ai grandi dans un univers qui ne m’a donné aucune arme pour affronter les nanas. Mère tendance féministe (1ere énération mais quand même), père qui n’incarnait pas vraiment le modèle du père traditionnel (à savoir le chef de famille, la juste sévérité, la loi), et pour couronner le tout, un grand frère homosexuel (que j’aime, on a aucun souci avec ça dans la famille, mais vous imaginez bien que c’est pas l’exemple à suivre, alors qu’on à tendance à être influencé par son grans frère). De plus jusqu’à il y a peu, j’avais un physique de crevette. 1m74 pour 58 kg. Je n’ai pas bougé jusqu’à 32 ans. Et malgré tout ça, j’ai eu des périodes de ma vie assez courte où j’ai eu un certain succès avec les nanas. (fin de lycée et ma première année barman vers 23 ans). Mais je n’ai jamais réussi à trouver une meuf avec qui rester. Donc je n’ai donc jamais pu en profiter pour faire mes armes sexuellement.
Aussi parce que, j’étais très difficile avec les nanas (niveau physique), mais aussi parce que j’ai toujours idéalisé les relations.
Bref, ce n’est qu’assez tardivement que j’ai décidé de me mettre un coup de pied au cul. Drague de rue et muscu. Mieux vaut tard que jamais. Dans les 2 domaines j’ai réussi à avoir des résultats. (bien que mince, je ne suis pas moche). Ca va bientôt faire 2 ans de muscu, et l’inespérable est est arrivé, tout doucement. Je suis passé à 66 kg. Et j’espère pouvoir en prendre encore quelque uns.
Pour la drague, et c’est la tout mon propos. Je commençais à avoir des résultats, mais force est de constater que j’étais un pleutre sexuellement (stress de performance au moment de la pénétration qui se sont accentué dès lors que j’en ai pris conscience, problème d’érection, contrôle éjaculatoire nul.)
C’est là que le cercle vicieux s’est installé. Alors que je commençais à sortir la tête de l’eau, j’ai à moitié replongé. Et oui, à quoi bon savoir aborder des nanas, si à la fin je ne peux même pas les baiser correctement…
Psy, sexologue, hypnose, nofap: chou blanc, zéro. Rien n’y fait, à priori je ne suis pas malade.
C’est pour ça que la phrase de Jean-Ma fait écho en moi: « Chialer sur un divan c’est pour les gonzesses, l’homme c’est l’action »

Aujourd’hui, donc, je veux me tourne vers les putes. Je veux vraiment remplacer l’image d’épinale qu’on nous vend des meufs dans le monde des gauchistes, ce qui est déjà fait au niveau conscient (redpill), mais c’est surtout au niveau inconscient qui faut que ça rentre. Je me dis que le jour où j’arriverais à être performant avec n’importe quelle pute ce sera gagné. Les putes n’étant clairement pas le plus facile pour bander (pour un mec comme moi), vu le mépris qu’elle ont pour nous bien souvent (surtout en France, poubelle de la prostitution).
Réussir à kiffer le sexe sans rien attendre en retour. Le vieux rêve enfantin de la tendresse d’une femme doit disparaître. Le sexe a prit la place des sentiments, ainsi soit-il.

« Le salut par les putes » est-il possible?


A suivre

2 J'aimes