Première pute de 2019 [Réedit]

Ceci n’est qu’une histoire fictive. Toute ressemblance à des personnes ou des faits réels ne sont que pure coïncidences.

[Il s’agit d’une réedit d’un post de janvier que j’avais supprimé et que j’ai honteusement oublié de republier dans une nouvelle mouture plus poétique. l’été commence demain mais mon sperme est resté congelé en hiver. je vous laisse avec ce fabuleux rafraichissement]

Lundi dernier, je m’offre ma première pute de l’année. Il s’agit d’une escort d’une agence que je connais bien et que j’avais repéré il y a de ça une année mais pour cause d’emploi chargé, je n’ai jamais pu la rencontrer. Cette fille c’est Yulia, une très jolie Russe de Saint Petersbourg qui fait quelques tournées d’escorting par an. Les photos m’avaient déjà fortement plu : 1m70, fine, blonde aux yeux bleus, un visage juvénile et souriant, bref tout ce qui faut pour me plaire.

Dimanche dernier, je vois que la fille est en tournée à Paris, ça tombe bien, j’y suis et j’ai du temps devant moi. Lundi je la booke. L’agence me confirme le rendez-vous à 22h00 à une adresse que je connais déjà, une jolie résidence propre et discrète. Cette fois-ci il ne me demande pas de selfie, ni mon ethnie, sans doute que je suis déjà fiché chez eux comme client respectable, ce qui est fort le cas puisque mon crédo c’est de toujours venir propre, bien habillé et je fais de mon mieux pour que la fille et moi passons un bon moment.

A 22h00, je me rends à l’appart, la porte s’ouvre et Yulia se tiens devant moi. La vache, c’est un sacré morceau. J’avais demandé un rendez-vous GFE, teeny clothes et devant moi se tiens la magnifique blonde des photos, tenue de schoolgirl avec la cravate motif écossais, des talons haut et des couettes. Je me présente, lui fait la bise et commençons à discuter. Yulia me répond dans un anglais parfait avec une jolie voix qui roule les R tout en restant compréhensible. Je lui file son enveloppe et me dirige vers la douche histoire de me réchauffer car il faisait froid dehors. Alors que l’eau coule, je commence à avoir une soudaine envie de pisser !!! Vais-je arriver à me retenir sachant à l’avance que BillyBob-Joe va faire une séance de sex-crossfit ? Bien sûr que non ! Je pisse discrètement dans le siphon douche en priant qu’elle ne rentre pas dans la salle de bain à ce moment-là. Une fois soulagé, je me savonne, me sèche. Ma bite sent bon le petit Marseillais et je mets la serviette autour de la taille avant de la rejoindre.

Yulia est là, toujours très souriante et commence direct à venir me chauffer. Bordel, la fille est hyper bien gaulée, elle me fait penser à l’actrice Lola Taylor à ses débuts. Avec sa tenue d’écolière elle commence à me jouer le rôle de l’élève pas sage qu’il faut éduquer. Étant d’humeur joueuse j’enfile si on ne peut dire (car je suis à poil) le rôle du professeur pervers qui va lui apprendre sa leçon de français. Elle commence à m’embrasser comme si elle était affamée alors je lui donne ma langue qu’elle aspire avec les lèvres ou bien colle la sienne contre elle. On s’embrasse, j’ai les mains baladeuses et la teub qui commence sérieusement à appuyer sur son ventre plat où son pubis. Elle le remarque et commence à l’empoigner pour me branler tout en continuant à se laisser explorer bucallement.

Je l’amène s’assoir sur le lit, moi debout face à elle et lui dit que je vais lui donner sa première leçon. Elle me retorque « It’s like to eat a candy ? » puis approche ses lèvres de ma queue tout en me regardant d’un air complice. Elle goute, fait mine qu’elle réfléchit puis y regoutte avant de me dire « That taste strawberry » avant enfin de me pomper bien sérieusement. Bordel cette fille en plus d’être un canon est vraiment fun. Ça change des escort un peu trop timides qui font leur boulot froidement. La blonde continue à bien me sucer dans différentes positions, elle lèche, pousse des geignements sexuels, crache sur la teub et me dit « I’m a good student i think ». Je commence à lui baiser la bouche avec des petits coups de reins en lui tenant les cheveux puis en la tenant par la cravate comme une laisse. Elle a pigé le délire et me dit avec un grand sourire, la bouche pleine de bave « You want i gonna be your dog ! wouf ! » bordel, je suis à deux doigts de gicler mais je n’ai pas envie de perdre mon énergie maintenant alors je lui propose une pause. Pendant ce petit temps, elle on discute, on rigole puis on s’échange des phrases en français et Russe. En hommage à JMC, je lui fais dire « Sucer la bite » « Sucer la bite à Duracell » qu’elle me dit avec son magnifique accent « Sousser la bie-te ». On se croirais dans le trailer avec la débile de Anne Rice pour ceux qui l’ont vu, sauf que Yulia, elle comprend les choses, l’hilarité de la situation et s’adapte bien son partenaire. Elle après une scène je lui paierais bien le resto.

Revenons à mon histoire. Après m’avoir sucée pendant une bonne demi-heure, j’ai pu progressivement effeuiller sa tenue de schoolgirl, avoir accès à sa petite culotte blanche, sa paire de fesse magnifique (petites et rondes), sa cambrure puis ses seins pas très gros (un bonnet B) mais biens fermes. Une fois à poil, elle m’enfile la capote en 2-2 comme une bonne professionnelle puis me propose de me dominer en cowgirl. Elle se met sur moi, elle a une chatte serrée mais pas trop puis commencer à faire des vas et viens avec son bassin. Bordel elle s’y prend vachement bien. Elle me montre le mode soft puis hard et me laisse le soin de me dire lequel des deux me satisfait le plus. A vrai dire j’ai aimé les deux car j’ai failli venir aussi à se moment-là. Bon sang je joue avec le feu là car je ne maitrise pas encore la technique du bloc couille et je n’ai pas éjaculé depuis trois jours. J’enchaine ensuite une baise en cuillère, une levrette. A ce moment là j’ai full accès à son postérieur bien qu’elle ne propose pas l’anal, je me laisse imaginer ce que ça peut donner. Ni une, ni deux je me dis que c’est le bon moment pour jouir. Je commence à la bourriner bien sévère, mes mains agrippant ses hanches et mon pubis qui cogne bien lourd contre son fessier de compet, je me mets à jouir d’une force monumentale. Sans vous mentir, la quantité de foutre accumulée, l’excitation et la chatte bien serré ont contribué à un jet ayant suffisamment de puissance pour me faire une semi-éjaculation rétrograde (c’est-à-dire qu’une partie de sperme est parti vers la vessie). Ce n’est pas la sensation la plus agréable, j’avais joui, la capote est pleine et j’avais pissé tout à l’heure.

L’heure touche à sa fin, je file à la douche, me rhabille. J’attends de la sdb qu’elle est au téléphone, limite en train d’engueuler quelqu’un. A mon retour elle me dit que c’était sa mère qui était chez elle et qu’il y a eu un départ de feu qui a pu être éteint à temps. Passé ce petit moment où je l’ai senti tendue mais elle a vite rebondi sur d’autre chose alors que je m’apprêtais à partir. Elle me dit qu’elle a passée un bon moment avec moi et que je méritais de baiser encore plus de fille Russe car je suis drôle et gentleman. On s’embrasse sur le pas de la porte puis je m’en vais.

Le retour n’a pas été simple. Je commence à sentir la fatigue tomber et l’éjac rétrograde me donne une envie de pisser. Pas grave, j’ai quand même le sourire béat assis dans la rame de métro. Je suis comme un camé qui a eu sa dose, je vois le monde en plus beau, j’ai même filé une pièce au clodo qui quémandait derrière moi.

1 J'aime





3 J'aimes

Quelle joli sourire et un joli ptit cul :ok_hand:

Quel beau récit et quelle teen de qualité :ok_hand:

Très jolie teen, je comprends que tu ne voulais pas la rater :+1:

1 J'aime

Nickel cette teen russe :ok_hand:

Un jour tu iras avec le Doc au lieu de baver derrière l’écran :ok_hand::yum:

2 J'aimes