Que pensez vous du métier d'ingénieur?

Bonjour cher membres du forum.

Je suis actuellement en classe préparatoire aux grandes écoles et je passe mes concours cette année, je vais intégrer une école d’ingénieur et j’aimerais savoir ce que vous, étant des professionnels dans la vie active, pensez de cette profession.

merci d’avance pour vos réponses.

Mais toi, qu’en penses-tu réellement ?

C’est bien beau de nous demander notre avis, mais ça serait beaucoup mieux si nous disait pourquoi tu te poses ce genre de question à l’heure actuelle. :thinking:

Plus tu nous en diras, plus on te donnera la réponse dont tu as besoin.

Personnellement je pense que c’est un métier qui permet de tous faire, on peut être dans la conception, la technique, on peut être salarié ou entrepreneur. En plus c’est bien payé.

Je trouve que c’est un bien de se lancer dans un cursus d’ingénieur que l’on sache quoi faire de sa vie ou pas.

Personnellement je désir être entrepreneur, je le sens au fond de moi, mais je ne sais pas encore vers quel domaine me tourner, j’ai pas encore eu de coup de foudre pour un métier ou un secteur, donc j’ai choisit de faire une prépa scientifique car j’étais bon en science et que les débouchés étaient nombreux. La spécialisation progressive en prépa puis en école d’ingé me paraissait être la meilleure chose pour savoir dans quoi me lancer plus tard.

Cependant j’ai vu certains commentaires et lu certains articles disant que c’est plutôt un travail d’esclave, pour les intellos sans trop de personnalité, du coup j’aimerai bien savoir comment vous voyez cette profession et si vous auriez éventuellement des conseils à me donner pour réaliser mon projet professionnel.

je suis en 3/2, mon objectif c’est d’avoir centrale Paris, donc on verra

1 J'aime

Par expérience, j’ai déjà croisé le chemin de plusieurs ingénieurs en mécanique automobile, particulièrement un allemand qui venait de faire un vol à Marseille depuis la Chine.

Malgré son statut d’ingénieur (qui peut faire rêver certains), le gars bossait comme un malade jusqu’à 3h du matin sur des projets exceptionnellement complexes, il était spécialisé pour la mécanique des trains roulants (en langage simple, des pneus et toute la mécanique qui va avec).

Pour au final toucher que 3000 € par mois (avec toute sorte d’avantages en nature).

Certes, il pouvait concevoir toute sorte de mécanique, voir inventer de nouvelles technologies, mais le mec était limité par les règles de la marque, tout en se faisant exploité au jour le jour.

Pire encore, certains de ses propres projets pouvaient être annulé à tout moment, même s’il avait trouvé la solution plusieurs semaines avant.

Ce qui peut être très frustrant pour un ingénieur qui a passé plus d’une semaine à bosser dessus.

Perso, quand j’ai vu ça, je ne voulais plus devenir ingénieur en mécanique automobile, ni même faire un cursus en alternance à Paris (et j’ai bien raison).

Car mes collègues de classe qui ont choisi cette voie doivent s’en mordre les doigts actuellement.

Du coup, c’était à ce moment-là que j’ai commencé à ne plus faire de la mécanique pour me lancer de manière définitive dans l’entrepreneuriat.

Car ça rejoint ma passion la plus profonde : apporter des solutions à un problème existant

Bref, tout ça pour te dire une chose : Si tu veux trouver ta voie, commence à te demander :

  • Qu’est-ce qui te fait le plus vibrer dans les choses que tu fais au quotidien ?

Et tant que ça ne fait pas l’effet « Eureka ! », c’est que tu n’as pas encore trouvé ta voie.

merci pour ta réponse je vais réfléchir à ce que tu m’as dit

Je trouve que c’est un beau et noble métier, et surtout utile voir passionnel quand on l’excerce dans un secteur que l’on aime.

Je connais des ingénieurs chez Airbus, ils adorent littéralement leur travail et l’entreprise avec qui ils collaborent. Ils font briller la France dans le monde :+1:

1 J'aime

ingénieur c’est presque plus un statut qu’un métier (comme noble, bourgeois ou encore érudit)

Je ne sais pas quel est ton but, mais si c’est de gagner de l’argent … ce n’est clairement pas le bon truc.
Beaucoup de chefs d’entreprise te diront que l’ingénieur est celui qui travaille pour l’entreprise, ce n’est pas lui qui décide, c’est un technicien++ rien de plus. (il y a 40 ans, ingénieur c’était quelque chose, mais ce temps est révolu, les ordinateurs sont passés par là)

Si ton but est d’avoir la connaissance, à l’ère de l’information, tu n’as pas forcément besoin d’une école
(Elon Musk n’est pas ingénieur ou rien s’en approchant, mais il en a les connaissances)

les seules bonnes choses que t’apporterons une école d’ingénieur:
*c’est la notoriété (c’est plus simple de dire « j’ai fait HEC » que « j’ai étudié pendant X années le commerce international »)
*le réseau (les anciens d’une école s’entraident naturellement)
*la structuration (c’est tellement facile de remettre à demain, mais là, il y a les profs qui veulent que ce soit fait aujourd’hui)
*un diplôme (utile uniquement pendant les entretiens d’embauche)

quelques points négatifs: retraite repoussée de 5 ans (quant on étudie, on ne cotise pas) une grande claque au foie (l’intégration se lubrifie à l’alcool) des dettes (les études ce n’est pas gratuit, encore moins payé) souvent inadapté (dans un monde qui change, apprendre une techno qui sera dépassée dans 5 à 20 ans n’est pas forcement un choix intelligent)

En bref … non, ingénieur ce n’est pas la panacée ou la base d’une belle vie heureuse et sans souci :dizzy_face: et ton appréciation (par les autres) dans ton travail ne dépendra pas de tes compétences, mais de la valeur que tu apportes (et ça ne se limite certainement pas à ton savoir technique).

1 J'aime

Mouais tu dépeints quand même un triste tableau :thinking:

Et alors ?

Mais ce sont des ingénieurs qui conçoivent, réalisent et donnent vie aux produits de sa firme.

Et aussi pour acquérir des competences fines.
Personnellement je préfère monter dans un avion ou une voiture conçue par des ingénieurs plutôt que par Bob le bricoleur qui a suivi des tutos YouTube.

Mais avec un salaire +++ par rapport à la moyenne française, donc une retraite +++ et une carrière intéressante si on la gère bien.

C’est valable dans TOUS les domaines. Tout évolue constamment et tout professionnel digne de ce nom doit sans cesse apprendre. Ce n’est pas propre à l’ingénierie. Qui plus est il est obligatoire d’apprendre les bases, dans toute matière, évolution ou non.

Comme je l’ai dit les seuls ingénieurs que je peux fréquenter sont chez Airbus, passionnés par l’aérien, et gagnent pour la plupart très bien leur vie (+ 13ème mois, mutuelle haut de gamme pour toute la famille (donc choix des meilleurs établissements de soins et des meilleurs médecins), prévoyance etc. …) pour une moyenne d’âge de 35/40 piges.

Salaire évidemment évolutif.

Franchement c’est pas dégueu tout en étant dans le sud (coût de la vie raisonnable) avec 5 semaines de congés payés leur permettant de pouvoir avoir une vie familiale réelle.

Je suis à mon compte mais franchement je trouve leur équilibre salaire / cadre de vie / métier passionnel / équilibre personnel relativement bons. Ce sont des passionnés qui vivent de leur passion. Cool non ?

Tout le monde ne rêve pas d’être à son compte, insecure toute sa vie, à devoir travailler comme un chien H24. Et pourtant j’ai fait ce choix qui comporte autant d’avantages que d’inconvénients après plusieurs années et avec une vie maritale / familiale à gérer en sus. Étant probablement un peu masochiste je trouve même un certain plaisir à ces points négatifs, c’est paradoxal quand j’explique les choses ainsi mais ça confirme mon choix dans l’aventure entrepreneuriale.

Mais beaucoup craquent, alors qu’ils pensaient arriver à tenir physiquement et nerveusement à toujours solutionner des problèmes et sans jamais le moindre filet de sécurité.

Donc un jeune qui est passionné par un domaine technique et qui veut être un ingénieur doit foncer, si ça peut lui permettre de vivre de sa passion il n’y a pas à hésiter :+1:

En Suisse, on distingue deux sortes d’ingénieurs:

  1. Ceux qui ont fait l’école d’ingénieur.

  2. Ceux qui ont fait l’école polytechnique.

  3. Ces ingénieurs là ont une formation technique. Il sont les connaissances techniques des matériaux, etc. pour créer quelque chose. En générale, ils bossent pour des entreprises, sur des mandats.

  4. Ces ingénieurs ont une formation universitaire purement théorique. Ils ont des connaissances de dingues entre informatique, maths très avancées, physique quantique, etc.
    En fait c’est une formation de savant fou. Les mecs sont taillés pour avoir des idées innovantes, trouver des investisseurs et créer des startups. Par contre ils sont pas foutus de planter un clou. Il existe plusieurs formation de ce type: Architecture, microtechnique, biologie, chimie, etc.

j’en connais qui gagnent tres tres bien leurs vie
comme l’exemple de airbus
et d’autres qui gravite autour des 3000euros certains font meme a 2000euros par mois
il ne faut pas voir ce métier comme une fin en soi mais plutot comme un moyen encore d’évoluer

malgré un charisme social tres fort dans l’inconscient collectif des gens ,tous les ingenieurs ne sont pas gagnant …, c’est un véritable entonnoir
tout comme le métier d’architecte d’ailleurs…

La vie professionnelle d’aujourd’hui est un entonnoir, peu importe le domaine, et ce sera de plus en plus le cas. Tout le monde veut faire son trou, mais combien d’élus ?

Seuls les meilleurs arrivent à se faire une place, il n’y plus de place pour les médiocres et c’est ensuite un combat de tous les instants pour la conserver.

Ma foi, oui, l’entrepreneuriat n’est pas fait pour tout le monde …
et ingénieur, il faut bien l’avouer n’est pas la pire porte d’entrée dans la vie active (surtout si ça plaît).

Ceci dit, tous les ingénieurs ne gagnent pas 6 à 7 K€ par mois, c’est même plutôt l’exception.

Bon, pour modérer mes propos, disons que si les études se font en alternance, le ratio étude gains sera plus favorable.

Pour ce qui est de ne pas être à l’origine des projets de l’entreprise … oui, j’admets que c’est une bonne nouvelle pour beaucoup de gens (j’ai extrapolé mes attentes sur les autres, pardon)

Quant à Elon Musk … si il a le niveau, il a dû travailler chez Tesla et SpaceX et a lui-même serré des boulons et conçu des parties des deux machines (il y a bien des aspects de lui que je réprouve, mais je suis bien forcé d’admettre que c’est un bosseur, et pas que en théorie ou pour la communication)

Mais je maintiens mes propos quant au fait que les ordinateurs font de gros dégâts dans ces métiers et que ça a déjà bien commencé (plus que dans d’autres secteurs) et je ne suis pas sûre que les écoles d’ingénieurs se soient bien adaptées à ce changement de paradigme, enfin, je peux me tromper.

Je parle de mon expérience personnelle, quand je dois interagir avec des ingénieurs (directement ou indirectement), je me rends compte de deux choses:
*les ingénieurs conçoivent sur ordinateur et n’ont plus aucun sens des réalités pratiques (installation entretient, etc.)
*les ingénieurs sont des cadres … mais n’ont aucune formation dans l’encadrement (ils ne savent généralement pas diriger une équipe ou encore gérer le côté humain du travail, je ne parle même pas du management)

bon, vous l’aurez compris, ce n’est pas un métier qui me fait rêver, mais il y en a des très bons (il en faut) et sans eux la France ne serait pas ce qu’elle est (ou était)

Bon je m’identifie un peu à toi. T’es jeune et t’es en train de te choisir une orientation professionnelle. Je pense que de devoir choisir un métier c’est angoissant pour tout le monde. Je vais donc te donner une réponse plus générale. Peut-être celle qui m’aurait aidée au moment où j’étais à ta place.

Quel que soit le métier que tu choisis, tu vas commencer par le niveau 0: Ceinture blanche, on te crache dans l’anus et t’es payé peu. Mais ça c’est même si tu fais médecin.
Ensuite, le temps va passer et on va te placer dans l’une des deux bifurcations possibles:

  1. L’idiot utile: Tu as de l’ancienneté, donc de l’expérience. On va te planquer dans un post ou tu gagne un peu plus que si t’étais un ceinture blanche mais pas de quoi te la péter. T’es le bas du panier. Le gars qui gueule parce que ses conditions de travail sont difficiles.
  2. L’alpha: genre Elon Musk. Le modèle. Le gars on se dit qu’il a eu de la chance. Il a su saisir la bonne opportunité au bon moment.

En fait, je connais plein de gars qui sont dans la catégorie 2. C’est des gars qui ont démarré avec une formation d’électricien, d’informaticien, meme des autodidactes.
La ou ils se sont démarqués, c’est qu’ils ont toujours bossé plus que les autres. Quand ils avaient fini leur journée de travail, ils allaient à des cours du soir pour apprendre le management ou des trucs du style.
On en a rien à foutre du métier d’ingénieur. Si toi ça te botte, choisis ça. Mais vas-y avec l’esprit que peu importe que ce soit ça ou autre chose, tu vas te saigner comme une saloperie dans ce métier, que tu vas de venir le meilleur. Fais comme Corda.
Si tu pratique ce métier de cette façon, tu arriveras jamais à un moment de ta vie ou tu te diras « peut-être que j’ai mal choisi, j’aurais dû faire architecte ». Parce que t’auras vécu des trucs de malade et que t’auras briller comme un prince. Par contre peut etre tu te diras " maintenant j’ai envie d’etre architecte" Et tu pourras te permettre de le faire parce que tu seras un putain de mac.

1 J'aime

il y a beaucoup de vrai, et je rejoins sensiblement le discours de [JohnBernieFitzgerald], il ne faut pas penser que le diplôme d’ingénieur est une fin en soit, ce n’est qu’une bonne base pour « faire mieux » et passer en mode alphaman … et on peut faire sans, ou différemment, etc…

1 J'aime

Je pense que c’est le propre de notre époque. Je me fais souvent la réflexion avec les architectes quand je foule le sol de ce qui est sorti de terre … on dirait qu’à aucuns moments ils n’ont pensé que ce serait utilisé :thinking:
La société devient de plus en plus déconnectée du réel, du manuel, et donc du sens pratique des choses. Cela donne des aberrations illogiques.

Il y a aussi le problème de la spécialisation.
On spécialise de plus en plus tout, donc les professionnels ont de moins en moins de compétences globales et de vue d’ensemble de leur mission (un projet est un ensemble de rouages fonctionnant de concert). On finit par bosser avec des autistes qui ne voient et ne maîtrisent QUE leur spécialité, de manière de plus en plus étriquée, et cela donne des résultats aberrants en hausse souvent dénués de logique par absence de cohésion intellectuelle mais aussi par fierté / égo.

Les formations dans l’encadrement que j’ai pu faire lorsque j’étais salarié étaient de la grosse merde, données par des gens qui là aussi étaient déconnectés du réel mais nous chiaient des théories pompeuses en veux-tu en voilà.

1 J'aime

oui cela s’applique a tous les domaines au final
tout est rapport de force