Rêve lucide - Comment controler ses rêves

Bonjour tout le monde,

Je crée ce topic pour partager mon expérience des rêves lucides, je me dis que ça pourrait intéresser des gens qui aimeraient bien tenter l’expérience. Je ne vais pas prétendre être un pro, j’ai réussi que deux fois cet exploit de manière forcer consciente et pour de courte période de maintien du rêve.

J’aimerais bien savoir si certains d’entre vous ont de l’expérience dans ce domaine.

Je vais détailler ma démarche pour arriver à ce résultat : PREPAREZ VOUS AU PAVE

1ère étape : Prendre conscience de ses rêves,

La première démarche pour arriver à l’étape de rêve lucide est pour moi, de prendre conscience de ses rêves. On rêve beaucoup plus qu’on le pense. Cette étape demande une rigueur de tous les jours. Le but ici va être de réussir à devenir conscient de nos rêves “passifs”, pour cela il faut prendre l’habitude de challenger la réalité tous les jours, pour que ça devienne presque un mécanisme automatique. En effet, quand on est dans un rêve, on a une “demi” conscience, il faut donc créer des mécanismes presque inconscients pour que dans cet état on pense à faire des checks up de “réalité”.

La démarche est la suivante, plusieurs fois dans une journée ordinaire il faut se demander, suis-je dans un rêve ? Et tester plusieurs indicateurs qui montrent qu’on est dans un rêve comme par exemple :

  • regarder l’heure, détourner le regard, regarder à nouveau l’heure, normalement elle devrait être la même ou une minute de différence. Cependant dans les rêves celle-ci peut passer de 11h03 à 17h52.

  • regarder sa main de près. Dans les rêves, les mains de près peuvent manquer de détail et avoir des formes "bizarres".

  • faire des focus, regarder un objet de près puis regarder un objet de loin et faire le va et vient très rapidement. Dans les rêves il peut y avoir comme un "lag".

  • se demander si dans ma journée ce qui m’arrive est logique (repenser à ce qu’on a fait plusieurs fois dans la journée et l’enchainement logique).

2ème étape : Noter ses rêves DÈS qu’ils arrivent

Le but ici va être de réussir à se souvenir de ses rêves. Cette étape est assez contraignante car comme vous avez dû le remarquer au bout de 2 minutes on a oublié 90% de nos rêves. Il va donc falloir avoir soit un calepin près du lit, soit un téléphone pour que DES qu’on se réveille d’un rêve, on notee TOUT ce dont on se souvient, avec le plus de détails. Plus on note, plus on arrive à se souvenir précisément et plus le souvenir du rêve persiste.

Réussir à se souvenir bien de ses rêves vient assez vite, en deux semaines je dirais.

A cette étape il arrive de se rendre compte qu’on est dans un rêve, et de pouvoir avec un rêve lucide que je qualifierai de passif. C’est à dire on devient conscient de la situation dans lequel on est dans le rêve mais on ne décide pas vraiment du scénario global, et on peut agir consciemment dedans, comme si vous regardiez un film puis que soudainement vous pouvez devenir acteur. Lorsque l’on prend conscience du rêve il devient TRES DURE de se maintenir dedans. En effet on a tendance à se réveiller très rapidement, plus on essaye de faire des actions à fort impact, plus on se réveille rapidement. Il faut donc essayer de faire des actions lentes (ne pas courir comme un dératé, ne pas essayer de baiser la bonne meuf du rêve cash). Plus on s’entraine plus on arrive à se maintenir.

Si le rêve devient désagréable et que vous en êtes conscient pour sortir du rêve ma technique est fermer les yeux dans le rêve puis avec les yeux de faire comme si vous les tiriez en arrière (un peu comme les exo micro orbitale de jean ma) puis de rouvrir les yeux vous devriez vous réveillez dans votre lit.

3ème étape : Forcer le rêve conscient

Après avoir réussi à maitriser quelque rêve qu’on a eu passivement, la prochaine étape est de faire des rêves actifs. Cette étape est très difficile et j’ai réussi deux fois et un peu par accident.

Cette étape est un peu le graal et est TRES difficile, il faut s’allonger dans son lit, et NE PLUS BOUGER, dit comme ça ça parait con à faire mais c’est extrêmement difficile. Ton corps pour s’assurer que t’essaye pas de l’arnaquer, va vouloir vérifier si tu es bien conscient ou pas. Pour cela il va te donner envie de te gratter sur tout ton corps, te faire avoir des spasmes musculaires, te faire bouger les yeux… Il faut essayer le plus possible de ne pas répondre à ses signaux. On peut se concentrer sur sa respiration par exemple.

Lorsqu’on arrive un peu plus loin on va commencer à perdre conscience, à avoir le corps qui se paralyse, à se sentir tout mou. Il est très dur de la maintenir mais il faut s’accrocher. Ça m’arrivait assez souvent de juste m’endormir comme une merde. Après on commence à avoir des formes et des flash lumineux mais il ne faut pas s’attarder dessus puis on rentre dans le rêve. Après malheureusement une fois dans le rêve je n’ai que réussi à me maintenir quelques minutes en n’effectuant presque rien.

Pour forcer un rêve deux écoles existent : Soit d’être extrêmement fatigué pour arriver vite à l’étape ou on s’endort mais du coup c’est plus difficile de rester conscient. Mes réussites n’ont qu’été avec cette méthodes lorsque je me réveiller à 3h du matin complètement déter.

La deuxième est de ne pas être fatiguer et de s’allonger et d’attendre vraiment LONGTEMPS pour que le corps s’endorme mais normalement il sera plus simple de maintenir la conscience. Je n’ai jamais réussi comme ça.

J’ai dû arrêter de faire ça, car étant étudiant ou salarié me réveiller au milieu de la nuit pour prendre des notes ou juste parce que je me suis rend compte de mon rêve me fatiguait.

1 J'aime

Salut Azgar,

Bon topic sur les rêves lucides, c’est un sujet qui est assez obscur mais très intéressant,

En complément de ton post, je rajoute mon expérience vis à vis des rêves lucides et ce que j’en sais d’un point de vue scientifique. Personnellement j’ai pratiqué les rêves lucides quand j’étais à la fac pour la raison suivante : je faisais régulièrement le même cauchemar qui venait me pourrir certaines nuits. Je rêvais que je me posais dans mon lit, et puis qu’en une fraction de seconde je devenais totalement incapable de bouger bien que je donnais l’ordre à mes muscles d’agir. A ce moment du rêve, soit je m’étouffais petit à petit dans mon coussin sans pouvoir rien faire, soit une ombre venait m’étrangler. Et cette phase durait longtemps avant que je me réveille en sursaut et en sueur.

A cette époque je connaissais rien ou pas grand chose des rêves lucides, mais instinctivement je me suis dis qu’il fallait que je réalise que j’étais dans un rêve pour contrecarrer ce cauchemar. C’est donc ce que j’ai fait. Généralement, pour pouvoir amorcer un rêve lucide il faut trouver un déclencheur qui t’annonce que tu es en train de rêver, ce que tu as bien décrit Azgar. Le mien c’était le suivant : j’allumais la lumière de ma chambre en rêve. Je me forçais donc avant de me coucher à me dire qu’il fallait que j’allume la lumière dans mon rêve. Comme les rêves sont imparfaits, certains éléments ne sont pas bien simulés, et la lumière en fait partie. Il y a quasiment aucune différence dans un rêve lorsque vous manipulez de la lumière. Ce déclencheur permettait alors de m’annoncer que j’étais dans un rêve et à partir de ce moment il devient possible de manipuler certains éléments de scénario de son rêve.

Grâce à ça j’évitais de me diriger vers mon cauchemar, et à la place je baisais des meufs, je volais, je manipulais le feu… etc. Cette option était cool et avec ça j’ai pu annihiler mon cauchemar qui ne m’a plus jamais hanté. Cependant, j’ai l’impression que les rêves lucides sont assez coûteux en énergie, dans la mesure où je me réveillais fatigué après un tel rêve.

Selon Carl Jung, les rêves sont une manifestation pure de notre inconscient. Durant notre sommeil, notre conscience se met totalement en veille et c’est notre inconscient qui peut s’exprimer pendant que nous récupérons. Il est possible de faire ressurgir un brin de notre conscience grâce aux rêves lucides, mais les forces de l’inconscient sont dures à dompter et l’exercice est très coûteux.

Du coup je dirais que faire des rêves lucides pendant une courte période, pour l’expérience ou pour se débarrasser d’une hantise, c’est bénéfique. Mais sur le long terme c’est extrêmement coûteux en ressources mentales et ça va à l’encontre même du processus de sommeil.

Par contre noter ses rêves (non lucides) sur un carnet ça peut toujours apporter des informations à qui sait les interpréter et se connaît bien. Personnellement j’en suis incapable actuellement, mais je m’y pencherai peut être dessus un jour.

Perso j’avais pas de terreur nocturne mais ça ne m’étonne pas que ça aide contre. Et au moins ça permet parfois de sortir de rêve désagréable même si en soit tu ne t’en serais pas souvenu. Après j’avais lu sur internet que certaine personne en quête de rêve lucide ouvrait les yeux au mauvais moment et était bloqué comme dans un entre deux, ou tu rêves en étant dans la réalité, c’est à dire éveillé dans ton lit mais tu hallucines et que généralement ca tourne mal. Ca ne m’est jamais arrivé mais ton histoire me fait penser à ca ton histoire.

Philosophiquement ca fait un peu, est ce que c’est souffrir si 5 minutes plus tard tu ne te souviens absolument pas d’avoir souffert haha.

Pour ton résultat que c’est extrêmement fatiguant je suis d’accord avec toi, enfaite t’as l’impression de pas avoir dormi comme si tu es resté “éveillé” tout le long, c’est pour ça que j’ai arrêté en partie.

Je me demande si des personnes ont réussi à maitriser leurs rêves tout en ayant un sommeil réparateur. Pour l’instant les deux m’ont l’air antinomique.

Pavé César,
J’apporte mon témoignage à ce sujet passionnant.

Ce que tu décris dans ton dernier message Azgar, c’est la paralysie du sommeil. J’en ai fait une, c’est pas le genre de “rêve” qui s’oublie.
Certaines personnes en font quasiment tous les soirs, j’imagine à peine l’enfer.

Petit élément de contexte d’abord : je suis quelqu’un de très calme, j’ai beaucoup de sang-froid. Je me laisse très peu déboussoler par mes émotions. Ca m’a permis d’éviter que ça ne tourne trop mal.
Dans un rêve, on n’est pas vraiment soi-même ; on est comme la somme de ses réflexes, de ses automatismes et instincts. Bref, l’inconscient. Tout ce qu’on a dans le fond du crâne sans avoir à réfléchir va se matérialiser, y compris nos peurs.

Mon expérience en détail : j’ai ouvert les yeux, allongé dans mon lit, mais j’ai vite remarqué que quelque chose clochait. Tout était étrange autour de moi, les formes ne semblaient pas fixes et relativement floues.
Je me suis rapidement rendu compte que je ne pouvais pas me lever, ni bouger un orteil. Cette façon de forcer sans qu’il n’y ait d’effet est déjà bien anxiogène, tu te sens vulnérable.
Point crucial : tu ne te rends pas compte que c’est un rêve. Tu es dans ta chambre, dans ton pieu, tu as un angle de vue normal (pas de vue en-dehors de son corps ou autre), tes yeux sont putain d’ouverts et tu es conscient.

J’ai eu peur à ce moment, c’est normal. Mon subconscient a commencé à matérialiser cette peur : j’ai commencé à entendre des chuchotements et des voix, certaines venaient de sous mon lit. Ca faisait un sacré barouf même, j’ai beaucoup flippé.
Quand tu as peur tu veux respirer plus vite et tu as tendance à gonfler tes poumons au max tout le temps. Comme tu es en train de dormir et que ta respiration est en mode automatique-faible, tu n’y arrives pas, comme si un truc t’étouffait.

Le tableau ci-dessous illustre bien cette sensation de blocage au niveau de la respiration, qu’on peut interpréter comme un écrasement.
Si l’on a l’impression que quelque chose nous écrase, alors va apparaître quelque chose qui va nous écraser. Beaucoup de gens ont vu un genre de démon leur appuyer sur la poitrine à ce moment. Fuck l’inconscient.
Le tableau s’appelle “Le cauchemar” mais c’est une paralysie du sommeil, ça ne fait aucun doute pour qui en a vécu une. 1781 le truc, le concept n’existait même pas.

A ce stade je suis paralysé dans mon propre lit avec une faible respiration, il y a un bruit indescriptible menaçant qui vient de partout, et je commence à redouter une présence. Si quelqu’un venait maintenant je ne pourrais pas me défendre. Je commence à regarder d’un côté de ma chambre : quelqu’un pourrait surgir n’importe quand et je le sens.

C’est là que j’ai repris le dessus. Par chance je connaissais déjà la paralysie du sommeil, je me suis dit “Bordel mais c’est ça, c’est un type de rêve.” Le fait d’en avoir pris conscience m’a détendu, et l’escalade a pris fin.
Contrairement aux autres rêves où je me réveille tout de suite après, j’ai eu tout le loisir de bien observer la pièce. Les formes ondulantes, les voix que j’arrivais à discerner un peu mieux. Elles étaient toujours aussi flippantes, mais je les écoutais et ma curiosité a pris le dessus sur la peur. J’ai fini par bien m’amuser dans mon lit à regarder des trucs random passer, j’avais l’impression d’être sous LSD. Je commençais à pas mal prendre mon pied.
Je ne me souviens pas de la façon dont j’ai émergé, mais sur le moment j’ai trouvé l’expérience vachement sympa et j’aurais voulu que ça dure plus longtemps.

J’ai compris que mon calme m’avait sauvé car je n’avais pas paniqué. Toutefois il est très facile de faire dégénérer le bordel en cédant à la peur. C’est un traumatisme pour certaines personnes, il faut se rendre compte de ce que ça implique que d’avoir peur d’aller dormir.

Ca ne m’est plus arrivé par la suite.
Sacrée nuit…

2 J'aimes