Saison 2 Chapitre 10: La maitresse très particulière

Bonjour.

Tout ce qui suit n’est que le fruit de mon imagination. Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite.

< Chapitre 9

Suite au dernier rendez-vous en demi teinte, je n’ai pas trouvé ce que je cherchais. Mais le jour même je suis déterminé à le faire. :triumph: Je change un peu mes critère de sélection. Je suis plus attiré par les jeunes femme mais je me rend compte que c’est surement mieux si je trouve une femme plus âgée, voir moins attirante mais ayant plus d’expérience.

Je tombe sur le profils de cette dame. La trentaine, pulpeuse,1m60 pour 65 kg Caucasienne et française. Elle ne montre pas son visage, ses photos sont plutôt amateur. Je prend rendez-vous pour la fin de semaine. C’est un peu compliqué elle est méfiante et moi aussi. Elle me demande une photos ce que je refuse, je lui dit que si je ne suis pas un dieux grec mais que je ne suis pas dégueux non plus. Que si si elle ne veux pas elle n’a qu’a regarder à travers le judas et de ne pas ouvrir la porte, mais que, comme elle, je tiens à ma vie privée. Au final on s’accorde, je pense que d’autres ne se serait pas prit la tête et m’aurais mis sur leur liste noire.

Je me rend sur le lieux du rendez-vous, je suis stressé je vais vers l’inconnu. Après quelques échanges elle me donne le numéro de sa chambre.
Je me dirige un peu honteux dans l’hôtel je passe devant l’accueil, je pense que l’hôtesse sait très bien pourquoi je suis là, mais avec du recul je pense que c’était juste de la paranoïa. Je trouve la chambre et toque.

Une petite femme entrouvre la porte. Je lui dit bonjour et lui demande si je peut rentrer. Elle m’invite à franchir le pas de la porte.

On discute sur les prestations et je lui explique mon passif et que je suis là pour apprendre à baiser, de tout rapprendre de repartir à zéro. Que l’on se verra régulièrement, que le but c’est de me faire une formation accéléré. Que le sex en lui même et le plaisir que j’y prend sont secondaire et juste un bonus, que l’important c’est qu’au bout du compte je sache faire l’amour correctement et que je soit à l’aise sur ce point avec des futures partenaires non explicitement vénales. Elle comprend très vite et se montre très compréhensive. On discute, elle se montre très bavarde, se livre même un peu sur elle, sa vie. Le feelings passe très bien, tout le contraire de la muette je m’était tapé début de semaine. :zipper_mouth_face:

Je l’invite à commencer les hostilités. Je lui dit d’y aller doucement, je ne suis pas encore sur de m’être échappé de la condition d’éjaculateur précoce. Elle acquiesce et me dit de prendre les devant, d’y aller comme je le sens et qu’elle me dira ce va et qui ne va pas.

À genoux l’un face à l’autre elle en body noir à dentelle moi en caleçon je me met à la caresser. De ses cuisses je remonte sur ses hanches pour continuer vers son torse en évitant ses seins ou tout autre zone fortement érogène. Je suis les courbes de son corps pour arriver à ses épaules desquelles je redescends sur ses bras pour finir avec ses mains qui sont posé sur ses genoux. De là je remonte, arrivé à ses épaules elle frissonne et me le fait savoir verbalement en me disant que c’est bien ce que je fait.
Je me rapproche pour sentir son souffle et pour qu’elle sente le rythme de ma respiration. Dans cette dynamique je dirige mes mains vers ses seins, elle fait glisser ses ongles sur mon dos ce qui me fait frissonner à mon tour. Je sens une douceur féminine et bienveillance qui me réchauffe le cœur. :blush: Elle toujours en lingerie je fait glisser ses brettelles pour avoir accès à ses seins que je tête goulûment. J’y vais doucement, elle vois que je n’ose pas y aller à font et me dit que je peut. Que je n’hésite pas à sucer prendre à pleines mains voir même à mordiller gentillement les tétons. Autant dire que je m’en donne à cœur joie. Cette poitrine est mienne en ce moment et j’en profite. :heart_eyes:

On se caresse encore un peu et je la dirige vers mon boxer. C’est ma petite technique : pipe-cunni-sex ça permet de faire redescendre mes tentions entre la fellation et les coups de pines. Elle entreprend de lécher mon chibre ce qu’elle fait avec une technique bien à elle… avec les dents! Je sens qu’il y en à ici qui vont chercher le fusils dans l’armoire. Calmer vous les gars, :raised_back_of_hand: en fait c’est plutôt agréable, surtout sur la couronne du gland. Elle y va doucement au début puis accélère le rythme. Je me sens à l’aise et tout est sous contrôle, avec ma respiration je gère mes tensions et les fait redescendre quand elles deviennent trop intenses.

On est partit sur une heure et demi histoire de faire connaissance etc en plus d’une fellation nature, j’aurais bien aimer qu’elle m’apprenne à faire un bon cunnilingus mais c’est hors budget, ça sera pour la prochaine fois.
Je lui fait comprendre qu’elle va passer à la ramoneuses, elle me sort une capote et me l’enfile. Je la couche sur le dos elle toujours en lingerie avec son body. Elle me dit que sur ce type de sous vêtement se trouve généralement un bouton pressoir qui ne demande qu’à être dégrafé, ce que je fit. Un autre type de foufoune s’offre à mois, celle d’une maman de trente ans, les lèvre inférieure proéminente que j’ appel tendrement les chattes papillon.

On se met en missionnaire, je lui met un coussin sous ses reins pour avoir un meilleur angle d’attaque mais ceux de l’hôtel sont trop imposant et on effet contre productif remontant sa vulve trop haut.
Surement influencé par les films porno je prends ses jambes au niveau de ses chevilles, les remontes au niveau de ses oreilles autant que je peut et je pilonne. Encore une fois c’est une fausse bonne idée, elle n’est pas très souple et sens de l’inconfort ce qu’elle me fait vite savoir.
Elle me donne alors un conseils en or:

:point_right:TROUVE TOI UNE UNE POSITION CONFORTABLE, SI ÇA L’EST POUR TOI, ÇA LE SERA POUR TA PARTENAIRE. :point_left:

Je lui laisse donc écarter les jambes comme elle le sens, plante mes poings dans le matelas un peu en dessous de sa poitrine, au niveau des ses côtes flottantes. Je baise pas juste avec mon bassin mais avec tout mon corps, faisant une sorte de de levier à trois points entre mes épaules mon bassin et mes pieds. J’y vais doucement au début, mais elle m’invite très rapidement à y aller franchement. Elle m’avait dit en préambule qu’elle aimait bien l’amour sauvage et puissant. Je l’a prend au mot et me déchaine autant que je peut tout en gardant le contrôle. :confounded: Elle me dit que c’est très bien et je le sens moi aussi au niveau de ma bite bien sur les aussi du reste de mon corps que j’ai le bon angle part rapport à sa chatte. Qui s’avéra différent chez d’autres filles plus tard. Chaque femmes est différente anatomiquement parlant, je ne savait alors, pas à quel point.Je tiens le bon bout trouve mon rythme, utilise des pensée parasites pour m’éloigner de l’éjaculation, quand je commençais à perdre le contrôle.

Elle me félicite, :muscle: elle me dit que je me débrouille pas trop mal. Est-ce un mensonge et/ou de la gentillesse de sa part je ne sait toujours pas. Je lui fait bien savoir que j’accepte toutes les critiques et que je préfère qu’elle me dise que ce n’était pas bien mais pourquoi, plutôt que de me donner l’illusion que j’arrive en fait à faire quelque chose de bien avec ma bite sans le pensé vraiment.

Elle se met ensuite sur moi et commence à me chevaucher. Là c’est du pur plaisir, je n’ai rien à faire, je profite juste. Son corps ses courbes, ses seins. Mes mains baladeuses n’ont de cesse de parcourir ses galbes qui me délecte. Elle se met soudain à faire une chose qu’aucune autres n’a fait ni avant ni après. Elle se cale, fesses sur mes cuisses, mon gros chibre bien au font de sa chatte accueillante, chaude et humide et commence à se frotter à moi. Elle balance sont clito d’avant en arrière nos pubis respectifs se frottent, c’est bon, c’est sensuel, c’est totalement autre chose que de rentrer et sortir sa bite d’une chatte, là on voit la différence d’expérience entre elle et les autres. Elle est physiquement en dessous de toutes les putes que je me suis tapé à part bien sur le trans et la blonde. Mais elle est dans mon top 3 des putes que j’ai rencontré, sur un vingtaine ce qui est très honorable. et c’est que le début avec elle je vais finir en beauté mais ça sera un autre chapitre.
Je digresse. Elle me dit tu aime ça? je lui répond que j’adore, qu’elle continue. Elle commence à s’assécher et elle me parle lubrifiant. Elle me dit qu’elle utilise de l’huile, je ne sais plus laquelle, il me semble que c’était de l’huile de coco. elle se badigeonne la chatte et on continue, en effet ça glisse bien.

Le temps passe et on est bientôt à la limite de temps du rendez-vous je lui propose de terminer en doggy style. Elle se met en position legend:

Je suis abasourdi, je ne connaissait pas, encore une fois l’angle est parfait, elle m’invite à m’accrocher de mes mains sur ses hanches pour accentuer la puissance des coup de bites que je lui met. Je lui donne et donne et donne encore tout ce que j’ai. Elle de son côté balance son bassin de manière synchronisé avec moi. Combien de fois je me retrouve avec des pute qui une fois en doggy avance quand j’avance et recule quand je recule, alors qui faut qu’elle fasse tout l’inverse.
Je pilonne en harmonie avec elle, elle me dit d’y aller plus fort, ce que fait sans me prier. Plus je lui donne, plus elle en demande la cochonne, on est pris dans une sorte de spirale infernale. Plus je burine plus elle en veux, plus elle en veux plus je cartonne. Je me laisse entrainer dans la danse et fini par y aller comme une bête sauvage, je suis à fond, je sens la sauce venir ce qui me donne encore plus d’entrain. Enfin dans la moiteur de nos deux corps, je jouis ses fesses bien plaqué contre mes cuisses. :sweat_drops:

Passé l’orgasme je ressort ma bite et quelque chose ne va pas. Je bug pendant deux seconde. C’est pas la vision que je me m’attendait à voir. Oui c’est bien ma bite, mais quelle est cette couleur? Elle est rose ce qui est normal, mais elle devrait être blanchâtre de par le préservatif qui la recouvre. Quelle est cette anneau visqueux sur la base de la hampe de mon pénis, un dirait une méduse… MERDE!!! C’est la capote!!! Et elle à pété!!! :scream:

Je sort un Heuuuuuuuuuu… elle à cassé. Elle me dit hein? De quoi? Je lui répond: la capote bordel, elle à cassé.
Elle se retourne pour voir le bordel.

Elle et moi réagissons calmement. Elle chope du sopalin à proximité, se met à genoux et expulse ce qu’elle peut de sperme de sa chatte en frouttant allégrement. Alors qu’elle devrait être furieuse contre moi pour ne rien avoir remarqué elle me rassure tout de suite en me disant qu’elle utilise des moyen de contraception. Mais perso un gamin accidentel je n’y pense même pas, ce qui me fait paniqué intérieurement se sont les MST. Je me suis fait tester six moi avant ce rapport et je suis clean, je tien à le rester. Je lui demande si elle est porteuse de saloperie. Elle m’assure que non sauf des chlamydia une fois qu’elle à chopé mais qu’elle s’est fait traité pour cela.

On discute encore un peu et on conviens de se revoir malgré cet incident. Je lui dit que je vais me refaire tester et que l’on verra bien, que de toute façon je la tiendrait au courants.

On se sépare et je rentre chez moi avec encore une fois des sentiments partagés. J’ai enfin trouvé un escorte qui correspond à mes attentes, la baise était super, mais cette histoire de préservatif me fait paniqué.

Plus tard je me renseigna sur les capotes et les lubrifiants et découvrit que l’utilisation d’huile et de capote n’était pas conseillé car cela peut attaquer les plastique, rendre les capotes poreuses et donc d’augmenter le risque de rupture, ce qui m’est apparemment arrivé.

Ais-je chopé le sida? Vais-je revoir cette gourgandine? Vous saurez tout ça dans le prochain épisode. :sunglasses:

> Chapitre 11

5 J'aimes