Valentin, Artiste, 25 ans, Mulhouse

Salut a toute la communauté,

Valentin, aka Wolfgang, il y a eu un orage le soir de ma naissance.

J’ai 25 ans et je vis dans une ville moyenne d’Alsace rempli de chances dont je me barrerais le plus rapidement possible.

Après avoir fait un BTS Design Graphique et quelques taffs de merde, je suis actuellement un parasite qui profite de ses quelques mois de chômage pour monter son projet musical : mon premier E.P. Celui qui va enfin me permettre de vivre comme un artiste et un homme libre. Le clip que je monte va donner des palpitations aux plus insensibles d’entre vous et me donnera, je l’espère une bonne visibilité pour commencer les lives.

Je suis actuellement en pleine traversée du désert : pas de meufs, dans une ville de merde, pas de thunes, mais j’ai confiance en l’avenir parce que j’emprunte la voie de ma propre réalisation. Je mise tout dessus, c’est la première pierre de mon plus grand projet qui consiste à devenir le plus grand musicien du 21e siècle. Je veux croquer la vie à pleine dent, la consumer par les deux bouts. JM est une bonne inspiration en cela (mais pas que).

Pour la communauté, j’ai de bonnes compétences en Graphisme, Musique, Montage et Stratégie de Communication.

Mon plus grand défaut comme ma plus grande qualité ça a toujours été d’être un grand rêveur, ça m’as fait rester passif pendant de nombreuses années, j’ai toujours eu des ambitions énorme qui étaient en total décalage avec la réalité.

Aujourd’hui, je sais que je me lance sur un projet difficile (voir impossible), mais je mettrais tout ce qui est en pouvoir pour le réaliser. Et si j’échoue, je crèverais avec la satisfaction d’avoir tout mis en œuvre pour vivre quelque chose de grand.

Longue vie à la communauté.

Amen.

2 J'aimes

Bienvenue à toi !

Ce que tu décris me fait penser à la théorie de l’angle alpha, qui représente l’écart entre l’imaginaire/désir/rêve et la réalité. Plus il devient grand et plus c’est insoutenable.

J’an ai été victime aussi, j’étais très critique du travail des autres, dans le cynisme permanent, dans la moquerie, convaincu que je pouvais faire mieux. Au final je ne faisais pas, je ne produisais pas, je ne me confrontais ni au réel ni à l’avis des autres / du marché, le seul qui compte.

Je te souhaite de réussir dans la musique, on a assez perdu de temps, il est venu le moment où il faut « show up » comme disent les américains, juste s’assoir sur une chaise, jour après jour. Et faire le taff.

Bonne fête à toi au passage !

Merci de ta réponse, t’as bien résumé ce contre quoi je lutte.

Comment ça s’est passé pour toi ? Tu te bats encore contre ce trait de caractère où tu l’as dépassé ?

Oui le taff, le taff, le taff il y a presque que ça qui compte. C’est ce qui me permettra de passer du rêve à la réalité en réduisant ce putain angle alpha. (merci de m’avoir fait découvrir ce concept au passage).

Je me rends compte que j’ai été particulièrement égocentrique sur ma présentation, je reviendrais prochainement vers la communauté DBL avec un projet. Histoire que vous puissiez vous faire une idée plus concrète de ma valeur.

Etonnamment, je me suis sevrer de plusieurs de mes défauts grâce à une forme légère de narcissisme, concernant le fait de travailler, j’ai encore des progrès à faire, je manque de discipline.

Par contre j’ai bien intégré le fait que c’était parfaitement néfaste de s’adonner au cynisme permanent, oui la plupart des gens sont médiocres et passent la grande partie de leur vie à produire pour quelqu’un d’autre en suivant un bête processus.

  1. Le fait de le constater est une évidence, on est d’ailleurs tous le médiocre de quelqu’un
  2. Le marché (les autres) est roi. Si personne n’utilise ou n’achète ce que je produis, c’est de ma faute, c’est d’autant plus grave que je pars du postulat que 90% des gens mènent une vie bas de gamme, sans ambition et ne sont bons qu’à consommer. Si je n’arrive pas à produire quelque chose qui les intéressent alors je n’ai vraiment rien compris.
  3. Ne rien faire, même si je gagne bien ma vie, pour le moment mon argent est corrélé au temps que j’y passe, mon taff n’est pas un bête processus, mais je ne suis pas encore un bâtisseur pour autant.
  4. Les années passent finalement assez vite, même si je suis jeune, c’est une erreur de penser que je finirai par y arriver par hasard plus tard. Les mêmes causes produisent les mêmes effets comme on dit.